Linux suit-il le chemin de Windows ? À mesure que l'O.S. devient populaire, la taille du noyau augmente en conséquence. Or, ce chemin semble décevoir Linus Torvalds, l'initiateur du projet Linux. Pour lui, le système d'exploitation aurait du rester au stade l'hyper-efficacité. Toutefois, l'informaticien est bien conscient qu'un outil populaire est amené à évoluer... quitte à faire quelques concessions.

Linux serait-il devenu obèse ? Depuis sa naissance en 1991, le système d’exploitation a évolué au fil des mises à jour et des nombreuses nouvelles lignes de code. Si bien qu’aujourd’hui la taille du noyau Linux est à la fois « immense et effrayant » selon les propos de Linus Torvalds, le concepteur de l’O.S., dont les propos ont été rapportés par CNET. En effet, lors de la conférence LinuxCon à Portland, aux États-Unis, l’informaticien finlandais a commenté le développement du kernel du système d’exploitation libre. Et pour Linus, « Linux est boursouflé« .

Jusqu’à présent, la communauté Linux pointait du doigt la lourdeur des systèmes d’exploitation Windows, regrettant le manque d’optimisation des noyaux développés par Microsoft. Or, au regard des propos tenus par Linus Torvalds, doit-on comprendre que Linux est devenu un Windows bis ? Assurément, non. La croissance du noyau est indissociable de son succès : les nouvelles tâches à réaliser s’accumulent à mesure que le système prend de l’importance.

Par ailleurs, cette prise de poids ne signifie pas pour autant que le modèle de développement suivi est en « mauvaise santé ». Quand bien même Linus semble regretter le virage du noyau (« nous sommes définitivement loin de la rationalisation et de l’hyper-efficacité du noyau que j’avais imaginé lorsque j’ai commencé à écrire Linux« ), le développeur reconnait que le kernel est devenu plus simple à développer depuis quelques mois.

Néanmoins, il convient de souligner que contrairement aux systèmes d’exploitation Windows, Linux est loin d’être monolithique. L’O.S. développé et soutenu par des milliers de passionnés est très modulable et peut être modifié très profondément. Ainsi, Linux peut être tout à la fois gros ou maigre : comme le souligne CNET, Ubuntu est obèse comparé à la distribution uClinux, pensant moins de 100 Kb. Chacun ayant une utilité différente.

Rappelons également l’étude publiée par la Linux Foundation sur la croissance du noyau Linux : quelques 2,7 millions de ligne de code ont été ajoutées au noyau depuis avril 2008, tandis que chaque jour, près de 11 000 lignes (10 923 très exactement) sont introduites, alors que 5 547 sont retirées quotidiennement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés