Il y a parfois de vrais acharnés. Si on savait que les plates-formes vidéos comme YouTube ou Dailymotion comportent inévitablement de nombreux doublons d’une seule et même vidéo, on avait jusqu’à présent jamais croisé un utilisateur capable de mettre en ligne plusieurs centaines de fois la même séquence. L’expérience, trop rébarbative, n’a jamais tenté personne jusqu’à présent.

Mais un membre de YouTube l’a fait. Surnommé Canzona, il a mis en ligne pas moins de 1000 versions d’une vidéo sur son compte utilisateur. En effet, il se demandait comment réagirait une vidéo téléchargée et uploadée mille fois de suite. Allait-elle être altérée d’une façon ou d’une autre ou bien resterait-elle parfaitement inchangée ? Pendant un an, du 27 mai 2009 au 27 mai 2010, il a patiemment récupéré et renvoyé sa vidéo.

L’expérience , intitulé « I am sitting in a video room », est une référence au travail artistique éponyme du compositeur américain Alvin Lucier, qui s’est fait notamment connaitre pour avoir enregistré sa voix sur un magnétophone, puis avait utilisé les haut-parleurs de la pièce pour la diffuser et enregistrer encore et encore, jusqu’à obtenir un son parfaitement incompréhensible.

Tout comme Alvin Lucier avant lui, Canzona a ainsi constaté que le travail de « photocopie » répétée d’un même élément entraine une dégradation progressive. En l’occurrence, si l’image et le son sont parfaitement nets dans les premières vidéos, on assiste rapidement à une grande perte de qualité à mesure que le processus avance. À la fin, ce n’est plus qu’une regroupement chaotique de grosses tâches colorées.

Voici trois vidéos, à différentes étapes : premier upload, 500e upload et 1000e upload.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés