Félicitations aux gagnants ! La société Trident Media Guard et son actionnaire Thierry Lhermitte ont remporté ce mercredi matin le prix Orwell des Big Brother Awards dans la catégorie « Mention spéciale internet ». Ils étaient candidats car la société nantaise TMG est celle qui devra réaliser les collectes d’adresses IP sur les réseaux P2P pour les quatre organisations d’ayants droit qui saisiront ensuite l’Hadopi : la SCPP, la SPPF, l’ALPA et la Sacem.

« Thierry Lhermitte a acquis, à l’occasion d’une augmentation de capital de TMG, une quantité très significative des parts sociales de la société sélectionnée par l’Hadopi pour fournir les moyens de fliquer les ordinateurs de chacun(e) de nos concitoyen(nes)« , expliquaient les BBA. « Cet investissement dont on ne doute pas un instant qu’il va être prochaînement « bankable » a été opportunément réalisé en synchronisme avec l’adoption la loi Hadopi et la mise en place de l’institution éponyme. »

« Cependant Thierry Lhermitte revendique, haut et fort, qu’il s’agit là pour lui d’un moyen de s’occuper de ses affaires et de défendre ses œuvres… et partant, bien sûr, celles de tous les artistes, ayant droits et autres. Monseigneur est trop bon !« 

« Le plus extraordinaire : la boite TMG qui faisait déjà un CA d’environ 1M€ en 2007 (source societe.com) offre 50 % du capital à Thierry Lhermitte pour ‘seulement’ 50k€ en juin 2009, puis gagne l’appel d’offre le 25/01/2010. Etrange qu’une société a priori sur un marché ultra porteur se brade ainsi…« 

Le président de la CNIL Alex Türk, invité surprise des Big Brother Awards, remporte quant à lui le prix spécial du Jury. Les BBA lui reprochent une certaine complicité par abstention d’opposition. « Alex Turk endosse les habits du défenseur tout terrain de la vie privée et des libertés alors qu’il en est parfois le fossoyeur et souvent le facilitateur« , critiquait ainsi sa fiche de nominé.

Le Prix Voltaire, qui célèbre les défenseurs de la vie privée, a été remis à Pièces et Main d’Oeuvre, un collectif grenoblois qui a « contré avec éclat la campagne d’acceptation des nanotechnologies organisée fin 2009 par le gouvernement via la « Commission du débat public » (CNDP)« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés