Barack Obama a souvent été dépeint comme un président technophile. Mais il se méfie aussi beaucoup de l’impact des nouvelles technologies sur la société. Alors qu’il s’adressait dimanche à des étudiants de l’Université de Hampton, en Virginie, le président des Etats-Unis a tenu à mettre en garde les nouveaux diplômés. « Vous entrez dans la vie adulte dans un environnement médiatique permanent qui nous bombarde de tous types d’informations et nous expose à tous types d’arguments, dont certains ne montent pas très haut sur l’échelle de la véracité« , a ainsi regretté Obama.

« Avec les iPod, les iPad, les Xbox et les Playstation – dont je ne sais faire fonctionner aucun d’entre eux, l’information devient une distraction, une diversion, une forme de divertissement plutôt qu’un outil d’épanouissement, plutôt qu’un moyen d’émancipation« .

Le Président américain a critiqué l’ampleur que pouvaient aujourd’hui prendre rapidement certaines rumeurs, et estimé que « ça ajoute une pression supplémentaire sur notre pays, sur notre démocratie« . Une déclaration amusante de la part de celui qui a milité pour cacher à ses concitoyens et au reste du monde le contenu du traité ACTA, et qui n’a accepté de le dévoiler qu’après que les nouvelles technologies qu’il semble critiquer ont permis d’accéder à des fuites, de les commenter, et d’informer les internautes à travers le monde de ce qui se préparait.

Il ne nous semble pas qu’Internet et les nouvelles technologies sont un danger pour la démocratie, mais bien au contraire qu’ils poussent les états à davantage de transparence, à davantage de consultation et donc à davantage de démocratie.

« Nous ne pouvons pas arrêter ces changements, mais nous pouvons nous y adapter« , a conclu Barack Obama.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés