À croire que la célèbre devise de Google finira par devenir "Don't be evil, be generous". Connu pour ses importants dons envers la Fondation Mozilla, pourtant en concurrence directe avec Google Chrome, la firme de Mountain View surprend à nouveau en offrant deux millions de dollars à la Fondation Wikimedia, qui gère notamment l'encyclopédie Wikipédia. Or, il y a quelques années, Google lançais un projet concurrent, Knol...

La nouvelle a d’abord fuité sur Twitter. Dans un message publié il y a quelques heures, Jimmy Wales – le fondateur de Wikipédia – a annoncé que « Google a donné deux millions de dollars à la Fondation Wikimedia« . Ouverte en 2003, la fondation est responsable des nombreux projets gravitant autour de Wikipédia, l’encyclopédie libre et gratuite. Nous retrouvons entre autres Wiktionary (dictionnaire), Wikisource (textes dans le domaine public), Wikimedia Commons (ressources multimédias), mais également Wikinews (informations), Wikiquotes (citations) ou encore Wikispecies (répertoire du vivant).

Pour soutenir le développement de l’encyclopédie, les administrateurs de Wikipédia lancent régulièrement des campagnes de dons. Objectif : inciter les internautes à donner un petit quelque chose pour que le projet encyclopédique reste viable. Car sans argent frais pour maintenir les serveurs, obtenir de la bande passante et pour rémunérer les quelques employés de la fondation, nul doute que Wikipédia se serait rapidement effondré.

Ainsi donc, soutenue par 240 000 donateurs, l’encyclopédie en ligne a récolté pas moins de 8 millions de dollars pour sa collecte de 2009. Avec le concours de Google, c’est 10 millions de dollars qui vont permettre à la Fondation de poursuivre sa mission. « Wikipédia est l’un des grands triomphes d’Internet » a déclaré Sergey Brin, co-fondateur de Google. « Ce vaste dépôt de contenu généré par la communauté est une ressource inestimable pour toute personne en ligne« .

Mais avec ce don important, quid de Knol ? Il y a en effet quelques années, Google lançais son propre projet collaboratif. Mais à la différence de Wikipédia qui mise sur le bénévolat et autorise même les internautes anonymes à participer, Knol avait fait le pari inverse. Non seulement les auteurs des articles sont clairement identifiés, mais en plus ces derniers ont la possibilité d’être rémunérés.

Doit-on comprendre que Google se désintéresse de Knol ? Ou bien l’entreprise américaine a une telle vision de la philanthropie qu’elle se sent d’attaque pour soutenir la concurrence ? Ce n’est pas forcément impossible. Dans le domaine des navigateurs web, Google est connu pour ses généreux dons envers la Fondation Mozilla qui édite le fameux Firefox. Or, Google développe pourtant sa propre solution, Chrome.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés