Knol, c’est le nouveau projet collaboratif de Google ; un portail dans la lignée de Wikipedia. « Il y a des millions de gens possédant un savoir utile qu’ils aimeraient partager, et des millards qui pourraient en bénéficier » explique Udi Manber, vice-président de l’ingénierie chez Google. « Nous croyons que beaucoup ne partagent pas ce savoir aujourd’hui simplement parce que ce n’est pas assez facile pour eux de le faire. »

Google a donc lancé en Beta Test son nouveau portail Knol, accessible sur invitation seulement. L’idée est diamétralement opposée à celle de Wikipedia. Avec Knol, il ne s’agit pas d’une encyclopédie anonyme de connaissances apportées et corrigées par la communauté, mais d’un portail mettant en valeur les auteurs. « Nous pensons que savoir qui a écrit aidera les utilisateurs à faire un meilleur usage du contenu Web » continue Manber. La tâche de Knol sera de leur faciliter l’édition de leurs pages. Bref, le projet de Google se rapproche bien plus d’un espèce de portail de blogs que d’une encyclopédie. Le problème, c’est qu’il s’en donne l’apparence alors que ce qu’on y trouvera sera bien plus subjectif, engagé, et polémique, que ce que l’on peut trouver sur Wikipedia ; et Google prévoit précisément d’en faire le premier résultat de ses recherches.

« Google ne servira en aucune manière d’éditeur, et n’apportera sa bénédiction à aucun contenu » prévient Udi Manber. « Le contenu éditorial sera sous la seule responsabilité de son auteur. Nous espérons que les knols comprendront les opinions et points de vu de leurs auteurs qui mettront leur réputation en ligne. Chacun est libre d’écrire. […] Quand le test sera fini, la participation aux knols sera complètement ouverte, et nous ne pouvons nous attendre à ce que chacun d’entre eux soit de bonne qualité. Notre boulot en qualité de recherche sera de ranger les knols de manière appropriée dans les résultats de Google. »

Si un auteur décide d’autoriser la publicité dans son article, Google promet de partager les revenus qui en découleront. Le moteur de recherche espère réussir à monter un corpus de textes scientifiques, médicaux, géographiques, historiques aussi bien que d’articles de loisirs, d’informations sur un produit, ou d’instructions de dépannage. Mais lorsque l’on voit à quel point Wikipedia, malgré sa modération, laisse passer entre ses filets des tonnes d’informations douteuses, on ne peut que craindre l’avènement d’un tel portail. Quand Google parle de qualité des résultats, il faut sûrement traduire par « popularité », et comme tout le monde le sait, popularité ne rime pas nécessairement avec qualité, bien au contraire.

Attendons tout de même de le voir à l’œuvre pour se permettre le critiquer, mais sur le papier, « Knol » a de quoi lever les pires craintes ; en particulier cette confusion qu’il risquerait d’y avoir entre une encyclopédie « trop » subjective, et un portail de blog qui se voudrait un peu plus sérieux qu’une page de photos d’amis déguisés en soirée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés