Alors que les mises à jour se succèdent pour les différents navigateurs web, certains internautes font de la résistance et continuent toujours à surfer sur des versions obsolètes. Google a donc décidé de ne plus officiellement supporter les applications trop anciennes. Si les services de la firme américaine resteront accessibles, toutes les fonctionnalités pourraient ne pas marcher.

Internet Explorer 6, Firefox 2, Chrome 3.0 ou encore la deuxième mouture de Safari… autant de navigateurs qui risquent fort d’être de l’histoire ancienne dans peu de temps. En effet, Google a officiellement annoncé qu’à partir du 1er mars prochain, les versions trop datées des principaux navigateurs web du marché ne seront plus supportés par les différents sites de l’entreprise californienne.

Selon la firme américaine, cette décision doit inciter vivement les internautes à mettre à jour leur logiciel, afin de profiter des dernières innovations déployées sur les services made in Google.

Rajen Sheth, responsable senior sur Google Apps, explique ainsi que seules les versions postérieures à Microsoft Internet Explorer 7.0, Mozilla Firefox 3.0, Google Chrome 4.0 et Safari 3.0 seront encore compatibles avec les différents sites de l’entreprise. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que les navigateurs plus anciens ne pourront plus accéder à Google Sites ou Google Docs. Seulement, Google prévient que les internautes risquent de ne pas avoir accès à toutes les fonctionnalités.

« Le web évolue à la vitesse de la lumière, et utiliser un navigateur à jour vous permet de profiter des dernières applications en ligne » explique le responsable dans un billet publié ces derniers jours. Notons à ce sujet que plusieurs services d’importance avaient entrepris la même démarche l’année dernière, comme Facebook ou YouTube. Plus généralement, une campagne contre Internet Explorer 6 avait également eu lieu l’été dernier, afin d’inciter les internautes à télécharger des navigateurs plus respectueux des standards web, mais également plus sûrs et plus performants.

Rappelons qu’à l’heure actuelle, la version 6 d’Internet Explorer reste assez utilisé, avec une part de marché estimée entre 15 et 20 % selon les sources.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés