On connaît la formule des cartes prépayées pour les téléphones mobiles. Au lieu de souscrire à un abonnement forfaitaire, il est possible d'acheter une carte qui donnera droit à plusieurs heures de communication. Et bien la formule est reprise au Royaume-Uni par Napster, au détriment des artistes.

Disponible dans les enseignes du groupe Dixon, les cartes prépayées Napster permettront de télécharger 15 titres pour â£14.85, soit plus de 1.49 Euro le fichier, ou 60 titres pour â£56.95 (85 euros… 1,43 Euro le morceau).

22 euros pour 15 titres au format WMA, qui n’ont pas la qualité audio d’un CD qui coûte aussi cher, voire moins cher, et pour des morceaux dont les DRM empêcheront la lecture, par exemple, sur l’iPod… Nous ne vous demandons pas de chercher l’erreur, vous l’avez sans aucun doute déjà trouvée.

Un tarif dont il faut sortir la calculatrice pour réaliser qu’il est très légèrement dégressif…

Qu’est-ce qui peut donc bien pousser un britannique à acheter une telle carte ?

Une seule réponse : la sélection. A tarif égal, ce qui différencie 15 titres sur Napster de 15 titres sur un album est justement que sur Napster, la notion d’album disparaît. Le consommateur de musique numérique sélectionne les titres qu’il veut comme il choisit les plus belles tomates (et non forcémment les plus goûtues) sur les étals des hypermarchés.

Dès lors, il convient de demander aux artistes : est-ce ce que vous souhaitez ? N’y a t-il pas une recherche artistique derrière la création d’un album, derrière le choix de l’ordre d’enchaînement des titres, la thématique générale de l’album, … ?

Sur eMule/eDonkey, la plupart des auditeurs P2Pistes ne téléchargent pas de fichiers MP3 isolés, mais tout l’album de l’artiste dont ils ont apprécié un titre. Ils téléchargent même souvent toute la discographie, un luxe que ne pouvaient se permettre jusqu’à récemment qu’une poignée d’audiophiles fortunés.

Bien sûr, dans l’état actuel des choses, l’achat d’un titre isolé sur Napster rapporte de l’argent, là où le téléchargement d’une discographie sur eMule ne rapporte que notoriété et satisfaction artistique. Mais beaucoup d’internautes souhaitent continuer à bénéficier de ce luxe tout en assurant aux créateurs une rémunération juste.

Ca n’est pas un doux rêve utopiste. C’est une licence légale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés