Associated Press a publié une enquête terrifiante sur des internautes accusés à tort aux Etats-Unis d'avoir volontairement téléchargé des contenus pédophiles sur leur ordinateur. Si certains parviennent à démontrer leur innocence en montrant qu'ils ont en fait été victimes de virus, d'autres sont aujourd'hui en prison pour ne pas avoir eu l'argent nécessaire à une expertise solide.

C’est une enquête effroyable qu’a publié l’agence américaine Associated Press, qui nous montre que les problèmes de solidité des preuves que nous avions régulièrement soulevé concernant le piratage et l’Hadopi sont mineurs par rapport à ceux qui peuvent ruiner la vie d’individus dans des affaires de pédophilie. Surtout lorsque la cupidité du système judiciaire américain s’en mêle.

L’agence de presse signale que « des pédophiles peuvent exploiter des PC infectés par des virus pour stocker et regarder à distance leur planque sans crainte d’être pris« . Le journaliste Jordan Robertson dit avoir « découvert des cas où des personnes innocentes ont été étiquetées comme pédophiles après que leurs collègues ou proches sont tombés sur de la pornographie infantile placée sur un PC à travers un virus« . Le problème, c’est que la justice est très lente à se rendre compte des erreurs de l’instruction, qu’elle ne croit pas toujours les internautes accusés à tort, et qu’ils n’ont pas toujours la possibilité de se défendre. Parce qu’il « peut coûter aux victimes des centaines de milliers de dollars pour démontrer leur innocence« .

L’article raconte ainsi l’histoire de Michael Fiola, qui fut suspecté d’utiliser son poste de travail pour télécharger des contenus pédopornographiques. Il a subi menaces de mort, dégradations de son véhicule et insultes de la part d’amis, et a dû vider toutes ses économies, faire un emprunt et vendre sa voiture pour dépenser les 250.000 dollars de frais juridiques nécessaires à sa défense. Grâce à cela, il a pu prouver que son ordinateur portable était infecté par un vers qui téléchargeait automatiquement des contenus pédophiles, et rendait ce contenu accessible à distance. Il fut finalement innocenté, onze mois après le dépôt de la plainte.

Le logiciel était programmé pour visiter jusqu’à 40 sites pédopornographiques à la minute, pour récupérer un maximum de contenu. Puis une nuit, quelqu’un s’est loggé sur l’ordinateur et a consulté les contenus téléchargés pendant une heure et demie. Le pédophile qui contrôlait le malware pouvait ainsi accéder aux contenus sans laisser sa propre adresse IP sur les serveurs où étaient stockés les images.

Robertson raconte d’autres affaires, comme celle d’un père de famille dont un virus avait changé la page d’accueil de son navigateur en 2003. C’est sa fille de 7 ans, dont il a perdu la garde à cause de cela, qui a découvert que la nouvelle page d’accueil était un site pédophile.

Mais le plus effroyable, c’est l’histoire de Ned Solon, un habitant du Wyomming condamné à six ans d’emprisonnement pour avoir téléchargé des fichiers pédophiles sur son ordinateur. Tami Loehrs, l’experte qui était parvenue à innocenter Michael Fiola, est persuadée de l’innocence de Solon. Les cinq vidéos incriminées étaient toutes présentes dans le même dossier « incomplete » du logiciel de P2P utilisé (sans doute eMule ou eDonkey), où les téléchargements sont soit toujours en cours, soit corrompus. « Je ne pense vraiment pas » qu’il a téléchargé volontairement les fichiers pédophiles, assure Lohers. « Il y avait trop de preuves que ça n’était pas lui« .

Mais Tami Loehrs n’a jamais fini l’expertise de l’ordinateur, à cause d’un « conflit avec le juge à propos de sa rémunération« .

Solon, qui dort encore en prison et clame son innocence, n’avait pas les moyens de la payer. Et le tribunal a jugé le prix, de plusieurs centaines de milliers de dollars, trop élevé. Le doute n’a pas profité à l’accusé, en attendant l’appel en cours.

L’expert mandaté par le procureur, lui, maintient ses accusations. « Il avait c’est vrai un ordinateur très propre par rapport à certaines autres affaires que je fais« , reconnaît-il. Mais il estime que l’antivirus de Solon fonctionnait très bien, et qu’il n’a trouvé lui-même aucun virus sur l’ordinateur de Ned Solon.

Sans parler cette fois de virus, il est pourtant tout à fait possible de télécharger par erreur un fichier sur eMule en se basant sur son nom, sans connaître son contenu réel. Il ne faut pas des centaines de milliers de dollars pour le démontrer.

« On pense tous qu’on est innocent en prison. Personne ne me croit parce que c’est ce que tout le monde dit« , constate Solon. « Tout ce que je sais c’est que je ne l’ai pas fait. Je n’ai jamais mis ces choses là. Je n’ai jamais vu ces choses là. Je peux seulement espérer qu’un jour la vérité éclatera« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés