Invité ce matin aux 4 vérités sur France 2, le président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale Jean-François Copé est revenu sur la vidéo où on le voit, avec Brice Hortefeux, plaisanter de manière douteuse des origines arabes d’un militant UMP d’Auvergne. La meilleure défense étant l’attaque, le député a choisi la même cible que l’Elysée et une partie du gouvernement : Internet.

« On a dit beaucoup de choses sur Brice Hortefeux (…), et du coup on a oublié de dire autre chose sur quelque chose qui pourtant me paraît essentiel aussi, Internet« , attaquait ce matin Jean-François Copé. « A un moment ou un autre il faudra qu’on assume un débat public sur Internet et la liberté », a-t-il plaidé. « Nous qui sommes si attachés à réguler tant de choses, à essayer d’organiser pour que les uns et les autres puissent vivre dans une démocratie où chacun est entendu et respecté, cet immense espace qu’est internet dans lequel on peut finalement diffuser n’importe quelle image, la tronquer dans tous les sens… Je vous avoue que j’ai pensé à ceux qui font votre métier, ceux qui sont preneur de son, cameraman, reporter… qui font des vrais reportages… Là, on a été sur autre chose« .

Sans doute Jean-François Copé ne savait-il pas que les images ont été tournées « par de vrais reporters » de la chaîne Public Sénat, que l’on ne peut pas suspecter de faire du travail pour le tout à l’égoût de la démocratie. Et quand bien même ces images auraient été tournées par un internaute de passage, elles n’en auraient pas été moins légitimes, puisque les propos étaient tenus publiquement, aux université d’été de l’UMP.

Si vous voulez un aperçu de ce que pourra être un débat sur « Internet et la liberté » sous la présidence de Nicolas Sarkozy, nous vous invitons à lire ou à relire notre décryptage publié en mai dernier.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés