Toi aussi, trouve une comparaison à la con. « Ces gens-là, ils auraient vendu du beurre aux allemands pendant la guerre !« , se serait exclamé mardi le président du SNEP Christophe Lameignère (et PDG de Sony Music), à propos des internautes qui s’opposent à la loi Hadopi et proposent de mettre sur la place publique les noms des députés qui ont voté pour, et des artistes qui l’ont soutenu.

Doit-on dire des maisons de disques qui soutiennent la surveillance des internautes qu’ils auraient été des agents de la Stasi pendant la guerre froide ?

Mais surtout, la comparaison est outrageusement, péniblement crétine. Elle accompagne un flot d’imbécillités qui participe à la stagnation du marché numérique en France.

Si les anti-Hadopi avaient dû choisir un camp pendant la guerre (mais qu’on nous épargne toi et moi si possible très longtemps d’avoir à choisir un camp), ce serait celui des Résistants. Car c’est bien au nom de la défense des valeurs républicaines que les anti-Hadopi se sont élevés contre le projet de loi Hadopi. C’est bien parce que des anti-républicains ont voulu « gazer du pirate » avec des procédés qui ne respectaient pas la présomption d’innocence, le droit à la vie privée, et la liberté d’expression et de communication – entre autres, que le Conseil constitutionnel a donné raison aux résistants anti-Hadopi en censurant les dispositions les plus demandées du projet de loi.

S’il faut choisir un camp, nous choisissons celui de la Constitution avant celui des artistes.

Des artistes qui, rappelons-le à M. Lameignère, avaient été nombreux à chanter pour les allemands pendant la guerre. Il ne s’agit bien évidemment pas de mettre tous les artistes dans le même panier, mais bien de pointer à quel point ce type de comparaison est insultante et fausse, pour tout le monde.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés