La secrétaire d'Etat à la famille Nadine Morano a porté plainte en février dernier contre une quinzaine d'internautes suspectés de l'avoir insultée dans des commentaires de vidéos postés sur YouTube ou Dailymotion. Parmi ces commentaires hautement insultant : "Hou la menteuse".

Il faudra qu’elle change de métier si elle ne peut le supporter. En tant que professionnelle de la politique, membre du gouvernement, défenseur acharnée d’un Nicolas Sarkozy qui attise lui-même une certaine violence verbale, et en tant que provocatrice permanente à l’égard de l’opposition, Nadine Morano ne peut que s’attendre à des critiques, voire des insultes. Mais Nadine Morano en aurait « assez d’être insultée« , selon son avocat, et c’est pourquoi elle a porté plainte contre X en février 2009 et demandé en mars à Dailymotion et YouTube de lui fournir « en urgence la date, l’heure et les adresses IP utilisées et tout élément d’identification, pour la mise en ligne des commentaires » qu’elle jugeait insultants.

Or si c’est cela qu’elle estime être des insultes insupportables… peut-être ferait-elle mieux d’aller élever des chèvres dans le Larzac. Car Sud Ouest raconte le cas de Dominique Broueilh, une internaute poursuivie pénalement par Mme Morano pour avoir écrit dans un commentaire « Hou la menteuse« , sous une vidéo qui montrait la secrétaire d’Etat se défendre, à iTélé, d’être entrée en douce dans un meeting de Ségolène Royal, pour lui porter la contradiction.

(suite l’article après la vidéo)

« Au début je n’y ai pas cru, mon mari et mes enfants non plus. Je me suis dit que ce n’était pas possible. Je ne l’ai pas insultée. Je ne me rappelais même plus de ce commentaire. Ça date de quelques mois. Pour moi, « Hou la menteuse », c’est avant tout une chanson de Dorothée. Je voulais faire de l’ironie« , se défend la mère de famille au journal local.

Elle est pourtant bien convoquée le 11 juin à 16 heures, Quai des Orfèvres, pour s’expliquer devant la brigade de répression de la délinquance contre la personne de ses « injures publiques envers un membre du ministère » (sic).

« Je ne comprends pas. Pour moi, c’est un abus de pouvoir. Si j’ai fait ce commentaire, c’est parce qu’on le voit bien qu’elle s’est cachée au meeting de Ségolène Royal : c’est criant de vérité« , proteste Mme Broueilh.

Comme elle, une quinzaine d’internautes serait ainsi poursuivie par Nadine Morano. « Mme Morano en a assez d’être insultée« , explique son avocat Me Lataste. « Sa qualité de ministre n’a rien à voir avec sa plainte. Elle ne le serait pas, ce serait pareil« .

Mais justement, elle est ministre, et ça n’est pas pareil. Un membre du gouvernement ne se doit-il pas de prendre de la hauteur et d’encaisser y compris les insultes, qui accompagnent nécessairement toute volonté de « rupture » affichée par le gouvernement ?

Comme Numerama l’avait longuement expliqué, ces plaintes et la politique général de Nicolas Sarkozy visent, en réalité, à contrôler l’information sur Internet, comme ils l’ont fait des médias traditionnels.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés