Déjà championne du monde des accès haut débit, la Corée prévoit de décupler la vitesse de ses accès à internet en moins de quatre ans, avec des connexions qui pourront bientôt atteindre 1 Gbps.

A chacun ses grands travaux pour relancer l’économie. La Commission des Communications de Corée a annoncé lundi qu’elle mettait en place un grand plan d’investissement dans l’infrastructure de télécommunications du pays, qui devrait permettre aux coréens d’accéder d’ici la fin de l’année 2012 à des débits dix fois plus importants que ceux dont ils disposent aujourd’hui.

Le plan prévoit un investissement de près de 20 milliards d’euros sur les cinq prochaines années, dont l’essentiel sera assuré par les opérateurs privés. Il doit permettre d’offrir des débits de 1 Gbps sur les connexions haut-débit domestiques, et 10 Mbps sur les réseaux sans fil. Le gouvernement coréen, qui va obliger les opérateurs à migrer exclusivement vers de la téléphonie sur IP, espère générer 120.000 emplois.

Tandis que les ayants droit de la musique et du cinéma craignent déjà qu’une connexion à très haut-débit n’accélère encore davantage le niveau du piratage, les industriels imaginent déjà les applications qui permettront de rentabiliser ces investissements. Ils misent ainsi sur des images de télévision à très haute définition, des services de e-commerce ou de l’enseignement à distance sur téléviseur, ou encore des films I-Max à domicile.

Selon les données de l’OCDE, la Coréen du Sud est déjà le pays où le nombre d’abonnés à Internet est le plus élevé, avec un taux d’équipement impressionnant de 94 % des foyers reliés au haut débit.

En France, le plan de développement de l’économie numérique préparé avant son départ par Eric Besson prévoit l’investissement de 10 milliards d’euros sur 10 ans pour équiper le pays en fibre optique et réseaux à très haut débit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés