L'accord entre Free Mobile et l'UFC-Que Choisir pour dédommager les clients qui ont considéré que le réseau téléphonique n'était pas à la hauteur entre 2012 et 2015 a abouti à l'indemnisation d'un peu plus de 140 000 personnes.

Un peu moins de 1,7 million d’euros. Tel est le montant total qu’il a fallu mobiliser chez Free Mobile dans le cadre du règlement d’un contentieux avec un certain nombre de ses abonnés. Ces derniers n’étaient pas satisfaits du niveau de prestation fourni par la société durant ses premières années d’opérateur de téléphonie mobile, faute pour elle de disposer d’un réseau téléphonique d’une qualité suffisante.

Cette situation avait fait l’objet d’une négociation entre l’entreprise fondée par Xavier Niel et l’UFC-Que Choisir ; en mai, l’association avait annoncé avoir trouvé un accord à l’amiable avec l’opérateur pour mettre en place une procédure d’indemnisation des clients ayant considéré avoir subi des soucis de réseau entre janvier 2012 et octobre 2015. Procédure qui a profité à 141 632 clients, très exactement.

Les forfaits Free Mobile

« L’UFC-Que Choisir est heureuse de la traduction concrète de l’utilité de la procédure simplifiée d’action de groupe, reprise dans cet accord : le professionnel adresse directement à l’ensemble des consommateurs concernés la proposition d’indemnisation, à charge pour eux de la retourner simplement et rapidement », écrit l’association de défense des droits des consommateurs dans un communiqué.

L’action était avant tout symbolique, puisque la somme maximale à laquelle les clients lésés pouvaient prétendre est de douze euros (1 € par mois d’abonnement jusqu’à 12 mois, d’où une somme maximale de 1 699 584 euros si l’on suppose que chacun des 141 632 clients a demandé une indemnisation maximale). Elle était aussi limitée aux clients actuels de l’opérateur, excluant de fait les anciens abonnés.

Partager sur les réseaux sociaux