Avec la croissance du business des photos Instagram sponsorisées vient également le temps de la régulation. Le réseau social veut que les influenceurs affichent clairement leur travail et souhaite prévenir la publicité sauvage, tristement généralisée par les comptes les plus populaires.

La FTC, le gendarme du commerce américain, a été la première à tirer le signal d’alarme : les réseaux sociaux deviennent un vaste boulevard pour la publicité sauvage (et déguisée).

Déjà, YouTube agaçait à cause des vidéos sponsorisées, qu’elles concernent le jeu vidéo ou les produits de beauté, réalisées par des influenceurs malhonnêtes qui ne mentionnaient pas leur sponsor. Désormais, c’est également le cas d’Instagram.

Marre des quinoa bowl sponsorisés

Épinglé par la FTC également, le réseau social serait envahi par des pubs qui ne disent pas leur nom. Parmi les milliers d’influenceurs qui touchent effectivement de l’argent grâce à leur photo Instagram, combien le mentionnent-ils ?

Afin de répondre à ce défi très moderne, le réseau social prépare l’arrivée, à l’instar de YouTube, d’une mention spéciale pour les postes sponsorisés.

L’influenceur devra alors ajouter à sa photo une fonctionnalité qui indique le bénéficiaire de la publicité. L’exemple ci-dessous montre par exemple une photo payée par Volvo appliquant le nouveau module.

Afin de convaincre tous les influenceurs de l’utilité de la notification, Instagram couple l’outil à l’accès à de nouvelles analyses d’audience de la publication en question. De fait, une marque sera probablement intéressée par la fonctionnalité puisqu’elle lui permettra de mieux connaître la performance de la photo payée.

Cette incitation douce a pour but de convaincre des influenceurs peu concernés par la question de la transparence. N’oublions pas qu’une simple mention claire du sponsor ferait rentrer ces derniers dans la légalité, mais manifestement, certains ont tendance à oublier ce détail.

Instagram précise que cette fonctionnalité est pour le moment seulement en test et sera probablement ajustée avant déploiement. Par ailleurs l’équipe de la filiale de Facebook précise que durant cette étape, aucune sanction ne sera appliquée aux influenceurs malhonnêtes. Toutefois, la firme réfléchit déjà à des moyens de coercition pour s’en prendre aux utilisateurs peu scrupuleux. Instagram a ainsi précisé à Wired que des sanctions seront dévoilées après les tests.

Prenez donc garde influenceurs escrocs (pléonasme).

Partager sur les réseaux sociaux