Les bulles volantes scindant les eaux d'Alain Thébault ont encore de beaux jours devant elles. Alors que le premier prototype était présenté au début du printemps, la startup doit désormais passer à la vitesse supérieure afin de livrer ses bulles en septembre à la Ville de Paris.

Le dernier tour de table organisé par la startup des bateaux volants, SeaBubbles, avait abouti à un financement à hauteur de 3 millions d’euros. C’était alors il y a quelques mois et la société n’avait pas encore présenté son impressionnant prototype.

Celui-ci a été présenté depuis par la société mais le travail est loin d’être terminé pour les Français de SeaBubbles qui comptent révolutionner les déplacements urbains. Les 10 millions d’euros récoltés auprès du fond d’investissement Maif Avenir, de l’assureur Maif, serviront à passer à la vitesse supérieure, littéralement et métaphoriquement.

La société espère parvenir à produire un deuxième prototype capable de voler sur l’eau plus rapidement que le précédent et des docks d’amarrage autonomes pour les véhicules. La startup a déjà annoncé consolider ses équipes pour ce développement futur.

Du concept, à la réalité.

Par ailleurs, l’apport de la Maif doit également financer un « PopUp Tour » imaginé par la startup française. Cette tournée des villes par la société devra permettre dès septembre de proposer des expérimentations en conditions réelles dans les métropoles. La première étape de la tournée se tiendra à Paris, logiquement. Si la promesse d’un mode de transport révolutionnaire semble toujours incantatoire, les étonnantes voitures-bateaux finiront donc bel et bien par barboter dans la Seine .

Pour rappel, la société a déjà levé plus de 14 millions d’euros depuis ses débuts auprès d’acteurs publics comme privés.

À lire sur Numerama : Les bulles volantes qui faisaient rêver Macron et Hidalgo sont en fait des pédalos à moteur

Partager sur les réseaux sociaux