Microsoft présentait hier soir ses résultats trimestriels pour le deuxième trimestre de l'année fiscale. Tous les feux semblent au vert, si l'on fait exception des résultats catastrophiques sur mobile.

Microsoft clôturait hier soir le deuxième trimestre de son année fiscale 2017 qui est dans la parfaite continuité des résultats du groupe au trimestre précédent.

Ainsi la firme de Redmond a amassé 24,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour 5,2 milliards de dollars de bénéfices. Il s’agit d’une hausse légère des résultats comparés aux 5 milliards de dollars de bénéfices réalisés il y a un an.

Les résultats sont divisés par Microsoft selon les trois grandes activités du groupe comme suit :

  • la division « informatique personnelle » a réalisé 11,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit une baisse de 5 % comparé à l’an dernier.
  • la division « cloud intelligent » a réalisé 6,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit une hausse de 12 % comparé à l’année écoulée.
  • la division « productivité et services aux entreprises » a réalisé 7,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit une hausse de 10 % comparé à l’an dernier.

Notons que Microsoft intègre maintenant les résultats de LinkedIn, racheté l’an dernier pour 26 milliards de dollars, dans cette dernière division. Le réseau social professionnel a réalisé 228 millions de dollars de chiffre d’affaires pour 100 millions de dollars de bénéfice.

Surface se maintient malgré l’absence de nouveautés

La division qui nous intéresse le plus à Numerama est sans aucun doute l’« informatique personnelle » qui englobe les résultats de Windows, mais aussi des différents produits grand public de Microsoft comme les Surface ou la Xbox.

Cela ne surprendra personne : les résultats de Windows Mobile sont à nouveau catastrophiques. Les ventes de Lumia sont en baisse de 81 % comparées à l’an dernier.

Bonne nouvelle en revanche du côté des produits Surface. Les résultats de la marque sont en baisse de seulement 2 % comparés à l’an dernier, alors que le fabricant n’a proposé aucune nouveauté, là où il avait présenté la Surface Pro 4 et le Surface Book en 2015. Le Surface Studio étant un produit pour un marché de niche et réservé pour le moment aux États-Unis.

Durant la conférence avec les investisseurs, Amy Hood, en charge des finances de la firme, a précisé que les produits Windows sur le marché premium, en compétition avec Apple, continuaient de gagner en part de marché et en croissance financière. Il faut dire que les derniers MacBook Pro n’ont pas eu très bonne presse.

Les jeux Xbox rapportent 1 milliard à Microsoft

Microsoft fait partie de ces sociétés qui se payent le luxe de compter les divisions qui réalisent plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires par trimestre. La division Surface a rejoint ce petit groupe il y a quelques trimestres et c’est maintenant au tour des ventes de jeux Xbox.

La firme indique en effet avoir vu les ventes de service et de jeux Xbox croître de 18 % sur l’année, et passer le cap du milliard de chiffre d’affaires trimestriel. Ce résultat s’explique par une hausse des ventes de jeux en dématérialisé sur le Xbox Store, ainsi qu’une hausse des abonnements Xbox Live. Microsoft a compté 55 millions d’utilisateurs actifs sur le Xbox Live, ce qui inclut les utilisateurs ne payant pas d’abonnement, notamment sur Windows 10.

En revanche, les ventes de consoles sont en baisse, et ce malgré le lancement de la Xbox One S, Microsoft va donc devoir redresser la barre avec le lancement de Project Scorpio, sa prochaine console.

Microsoft Office peut remercier Android et iOS

L’autre mamelle historique de Microsoft c’est sa division Office, qui continue sa transition vers son modèle par abonnement Office 365.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 47 % pour Office 365 destiné aux entreprises et de 22 % pour les offres grand public. La firme compte aujourd’hui 24,9 millions de particuliers abonnés à Office 365.

Ces très bons résultats seraient notamment dus au succès des applications de Microsoft sur Android et iOS. On dénombre plus de 65 millions d’utilisateurs mensuels actifs qui recourent aux applications Office sur mobile, soit plus du double que l’an dernier où ils n’étaient « que » 30 millions.

Partager sur les réseaux sociaux