OpenBazaar est une place de marché ouverte et décentralisée, open-source, qui offre une plateforme d'achat et de vente sans commissions, où les transactions se font en bitcoins.

Il lui faudra parcourir beaucoup de chemin avant de commencer à faire de l’ombre au Bon Coin ou à eBay, mais l’ambition est là. Développé depuis 2014, OpenBazaar vient d’ouvrir ses portes au public, pour proposer une plateforme de vente en ligne entièrement décentralisée, qui n’exige aucune commission sur les ventes ou sur les paiements en ligne. «  Un marché social pair à pair, semblable à une fusion entre eBay, Twitter et BitTorrent », résument ses créateurs.

C’est aussi un véritable rêve aussi pour les marchands professionnels qui dépendent de plus en plus de plateformes centralisées comme Amazon Marketplace pour vendre leurs produits. Car OpenBazaar offre la plupart des fonctionnalités de base des autres places de marché, en permettant de lister des produits, passer des commandes, suivre la livraison, noter les vendeurs, etc., mais il évite d’avoir à verser le moindre centime.

Car contrairement aux plateformes traditionnelles qui reposent sur les serveurs de leurs éditeurs, OpenBazaar est 100 % basé sur un protocole P2P. Les vendeurs et les acheteurs doivent en effet télécharger et installer le logiciel open-source (disponible sous Windows, Mac OS X et Linux), et c’est l’ensemble des ordinateurs connectés entre eux qui forment ensuite la place de marché, en s’échangeant constamment les informations qui permettent au réseau de continuer à vivre et à être mis à jour.

OpenBazaar fonctionne sur une architecture en P2P, entièrement décentralisée
OpenBazaar fonctionne sur une architecture en P2P, entièrement décentralisée

Ce fonctionnement très particulier fait que personne ne contrôle OpenBazaar, qui est géré par ses propres utilisateurs, et par les algorithmes codés par les concepteurs. Ainsi dès l’installation, le logiciel prévient que «  aucune organisation centrale exerce une autorité sur la plate-forme » et donc que « les utilisateurs d’OpenBazaar doivent respecter les lois de leur propre juridiction aussi bien que leur conscience ».

« Les développeurs d’OpenBazaar ne tolèrent pas – et ne sont pas responsables – de toute utilisation de la plate-forme à des fins illégales », ajoutent-ils. Sur OpenBazaar, rien n’est fait pour encourager la vente de drogues ou d’armes, et ce n’est d’ailleurs pas du tout l’esprit de la plate-forme, mais rien ne permet non plus de les interdire. C’est le libéralisme dans sa plus simple expression.

Décentralisé mais pas chaotique

Une robe vendue par un créateur de mode sur OpenBazaar
Une robe vendue par un créateur de mode sur OpenBazaar

Néanmoins, des mécanismes techniques sont pensés pour éviter que le bazar ne devienne le chaos. Ainsi par exemple, les adresses IP des utilisateurs sont publiques par défaut, et peuvent être associées aux activités détectées. Si les transactions sont chiffrées, ainsi que « la plupart des communications », OpenBazaar ne prétend donc pas offrir le même degré d’anonymat qu’une place de marché abritée derrière des nœuds Tor.

Par ailleurs, et c’est la principale trouvaille d’OpenBazaar, le fait qu’il n’existe pas d’entité centrale n’interdit pas de s’assurer que les transactions se passent bien. Lors de l’achat, un contrat électronique est généré, et la somme à payer est d’abord versée vers un portefeuille BTC temporaire. Si le vendeur n’envoie pas l’objet commandé, l’acheteur n’autorise pas le transfert final de l’argent.

S’il y a conflit, un tiers (un autre utilisateur) est appelé à arbitrer entre les deux parties, et son avis déterminera si la somme part chez le vendeur, ou si elle est restituée à l’acheteur. Le tout est automatisé par le logiciel, grâce à un système de signatures qui fait que le portefeuille BTC temporaire ne peut être débloqué qu’avec deux des trois signatures électroniques.

Un vendeur spécialisé dans le Raspberry Pi.
Un vendeur spécialisé dans le Raspberry Pi.

Par ailleurs, chaque boutique peut être notée, et les vendeurs ont donc une réputation à tenir, comme sur n’importe quelle place de marché traditionnelle. Enfin, dès l’installation, le réseau cache par défaut les contenus potentiellement choquants (NSFW), et il est possible de filtrer le contenu des boutiques pour n’afficher que les produits qui ne présentent pas d’images choquantes.

Lors du paiement, OpenBazaar propose soit de payer avec un portefeuille Bitcoin existant, soit d’ouvrir un portefeuille chez un des nombreux partenaires référencés. Il est aussi possible de demander l’affichage des sommes exigibles dans d’autres monnaies, comme l’Euro, mais le paiement devra toujours se faire en bitcoin. Un cauchemar pour les autorités fiscales qui cherchent à tracer les transactions via les comptes en banque.

Des fonctionnalités sociales

Le logiciel est toujours en version bêta, et le réseau n’est pas encore très stable (nous avons souvent échoué à afficher certaines annonces), mais il est relativement fonctionnel. Et il permet déjà d’apprécier la philosophie et l’étendue des fonctionnalités programmées par les développeurs.

Ainsi par exemple, chaque utilisateur bénéficie de son propre identifiant, soit sous la forme d’un très long « OpenBazar ID », soit sous la forme plus simple d’un identifiant à la Twitter, précédé d’un arobase @. Comme sur Twitter, il est ensuite possible de suivre les utilisateurs pour accéder à leurs dernières annonces, ou de leur envoyer un message.

Projet à suivre.

utilisateurs-openbazaar

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés