Après deux semaines de protestations, les contributeurs de Wikipédia ont obtenu la démission d'Arnnon Geshuri, l'ancien responsable RH de Google qui était au cœur d'un scandale visant à limiter la flambée des salaires chez les ingénieurs. Sa nomination au Conseil d'administration de Wikimedia avait été annoncée le 7 janvier.

Hier, nous rapportions qu’un vent de révolte s’était levé contre le Conseil d’administration de la fondation Wikimedia, lorsque les contributeurs ont appris la nomination en son sein d’Arnnon Geshuri, le directeur des ressources humaines de Tesla. Une pétition interne a recueilli 292 votes de contributeurs exigeant son départ, contre 22 seulement qui souhaitaient qu’il reste.

Les bénévoles qui veillent sur l’encyclopédie Wikipédia reprochaient à l’ancien responsable RH de Google d’avoir été directement impliqué dans une entente illicite visant à ne pas débaucher d’employés d’entreprises concurrentes, ce qui avait pour but d’éviter une augmentation des salaires dans la Silicon Valley. Ils y voyaient une trahison des valeurs éthiques que la Wikimedia Foundation s’est engagée à porter.

Des valeurs avant tout

Dans un premier temps, Arnnon Geshuri a essayé de sauver sa tête. « Étant donnée l’histoire qui a été façonnée ces deux dernières semaines et en me basant que les conversations que j’ai eues, je sais que ce sera plus long pour moi que pour la plupart des membres du Conseil d’administration de prouver que la communauté et les anciens de [Wikimedia] peuvent me faire confiance  », avait-il écrit lundi dans la mailing-list de la Fondation. «  Quand la communauté me connaîtra mieux, les gens verront que la façon dont je travaille est avec réflexion, transparence, diversité, et en me concentrant sur ce qui est juste  ».

Mais le Conseil d’administration, resté largement silencieux depuis le début de la polémique, a finalement obtenu que Geshuri démissionne. Ce n’est pas lui qui l’a annoncé en personne, mais Patricio Lorente, le président du Conseil, dans un court message envoyé sur la liste de diffusion. «  Pour paraphraser ses mots, il ne veut pas que sa présence empêche des discussions importantes auxquelles la communauté et la Fondation devront faire face dans les temps qui viennent  », écrit Lorente. Il promet qu’à l’avenir, les candidats seront sélectionnés à l’issue d’un processus plus exigeant.

Comme le souligne fort à propos Thierry Noisette dans ZDnet, l’affaire rappelle celle de la démission forcée de l’ancien directeur de Mozilla, Brendam Eich, dont les positions hostiles au mariage homosexuel avaient été vilipendées par la communauté du logiciel libre. Wikipedia et Mozilla ont pour point commun de réunir « un monde souvent geek mais qui n’affiche pas comme principal idéal un cours de Bourse ou une valorisation chez les VC », mais des valeurs humaines, plus importantes que la compétence intrinsèque des individus dans leur domaine professionnel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés