Windows 11 va bientôt forcer un peu plus l’utilisation de Microsoft Edge. Le navigateur développé par Microsoft va remplacer le navigateur par défaut des internautes dans certains cas.

Microsoft retombe dans ses vieux travers. L’entreprise va, dans une future mise à jour de Windows 11, rendre le changement de navigateur par défaut plus compliqué. La firme espère ainsi convaincre les utilisateurs et utilisatrices de donner sa chance à Microsoft Edge, le successeur d’Internet Explorer.

Windows 11 permettra toujours de choisir votre navigateur favori pour ouvrir les liens web, mais Edge va bientôt être intégré plus profondément dans le système. Toutes les recherches effectuées via la barre des tâches ou le panneau des widgets lanceront automatiquement Microsoft Edge au lieu de votre navigateur favori.

Firefox et Brave pénalisés

Ce changement dans la politique de Microsoft est en fait une réponse au logiciel EdgeDeflector. Ce programme très simple, développé par Daniel Aleksandersen, sert justement à lancer son navigateur par défaut, plutôt que Microsoft Edge, lorsque vous posez une question à Cortana ou que vous tapez des mots clés dans le champ de recherche présent dans la barre des tâches. Ce bidouillage, pas prévu par Microsoft, permettait à des tas d’internautes de ne pas jongler entre les différents navigateurs web.

Les recherches effectuées depuis le menu Démarrer ouvriront forcement Microsoft Edge // Source : Microsoft

«  Windows permet l’utilisation d’applications et de services sur sa plate-forme, y compris divers navigateurs web. […] Mais Windows offre également certaines expériences complètes, pensées pour se vivre de bout à bout, dans Windows 10 et Windows 11. L’expérience de recherche à partir de la barre des tâches est un exemple d’une expérience complète, qui n’est pas conçue pour être redirigée. Lorsque nous sommes informés d’une redirection incorrecte, nous publions un correctif », a expliqué Microsoft à The Verge.

EdgeDeflector était à peine utilisé par un demi-million de personnes, mais Firefox et le navigateur Brave avait implémenté, ou pensait implémenter, des solutions similaires sur Windows 11. Même si les deux logiciels n’ont pas la popularité de Google Chrome, Microsoft a probablement vu cela d’un mauvais œil et a tué l’idée dans l’œuf.

Des souvenirs d’abus de position dominante

« Microsoft n’est pas un bon gestionnaire pour Windows. L’entreprise privilégie les publicités, la vente liée et les abonnements à des services plutôt que la productivité de ses utilisateurs », a critiqué Daniel Aleksandersen dans un billet de blog.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft tente de pousser ses utilisateurs et utilisatrices vers Edge. Dans les dernières versions de Windows 10 et Windows 11, il n’y a plus d’entrée pour choisir son navigateur par défaut. Le logiciel de votre choix doit être associé à l’ouverture de protocole HTTP, HTTPS et HTML pour agir comme votre navigateur par défaut. Une méthode plus complexe qu’auparavant, surtout pour les néophytes.

Ces pratiques rappellent celles de Microsoft au début des années 2010. À l’époque, l’installation par défaut d’Internet Explorer sur Windows avait été considérée comme un abus de position dominante par la Commission européenne. Bruxelles avait alors obligé l’entreprise à proposer des navigateurs alternatifs au sien, lors de l’installation du système. La situation a radicalement changé maintenant que c’est Google Chrome qui détient la grande majorité des parts de marché dans le secteur des navigateurs. Les méthodes de Microsoft semblent par contre rester les mêmes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo