Amazon annonce que sa commission imposée aux petits développeurs sera moins élevée à partir de la fin de l'année. En parallèle, l'entreprise américaine leur propose une offre pour accéder plus facilement à ses services dans le cloud.

Amazon n’avait sans doute guère le choix : pour ne pas apparaître trop en décalage par rapport à Apple et Google, qui ont pris des décisions identiques, l’entreprise américaine vient elle aussi d’annoncer une révision de sa politique commerciale à l’égard des petits développeurs. Dans un communiqué paru le 15 juin 2021, Amazon annonce une baisse de la commission qui leur est prélevée.

Concrètement, à partir du quatrième trimestre 2021, le taux de la commission sur les ventes d’applications ou de paiement in-app, en échange des services d’Amazon, sera ramené à 20 %, au lieu de 30 %. Seront éligibles les développeurs dont les revenus annuels ne dépassent pas le million de dollars. Cette mesure entre dans un nouveau programme de soutien aux petites entreprises sur l’Amazon Appstore.

Des applications mobiles proposées sur la boutique d’Amazon. // Source : Amazon

L’Amazon Appstore est la boutique d’applications que supervise Amazon et dont l’offre logicielle s’adresse au système d’exploitation Android. Elle est l’équivalent de l’App Store pour iOS, qui appartient à Apple, ou de Google Play pour Android, sous l’égide de Google. Les applications de l’Amazon Appstore s’adressent aux propriétaires d’appareils tournant sur Fire OS, une version dérivée d’Android.

Outre cette réduction de dix points, Amazon propose à ces mêmes petits développeurs une offre commerciale pour profiter d’Amazon Web Services, c’est-à-dire des différents produits et services de l’entreprise américaine dans le cloud. Des crédits pouvant atteindre 10 % des revenus que touchent les petits développeurs pourront ainsi être utilisés afin de profiter à moindre coût des atouts du cloud d’Amazon.

Baisse semblable chez Apple et Google

La baisse annoncée par Amazon illustre la bataille que se livrent les trois géants de la tech pour étoffer leur écosystème logiciel et inciter les entreprises à développer pour eux. Au mois de novembre 2020, Apple avait ouvert le bal en annonçant un taux révisé à 15 % de sa commission pour les petits développeurs, au lieu de 30 %. Google avait suivi en mars, avec une réduction équivalente.

Ces décisions surviennent aussi dans un contexte où Google et Apple sont accusés d’avoir des pratiques monopolistiques et anticoncurrentielles. Cette réduction des commissions est donc aussi perçue comme une manœuvre de leur part pour atténuer les critiques à leur endroit, alors que la classe politique et les autorités de régulation, aux États-Unis comme en Europe, s’intéressent de plus en plus à ce qui se passe sur les stores.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo