Le navigateur Vivaldi fait référence à une personnalité que vous avez probablement identifiée : le compositeur Antonio Vivaldi. Mais pourquoi avoir choisi ce nom ?

On le décrit comme le navigateur des « power users ». Il faut dire que très tôt Vivaldi s’est présenté comme très axé sur la personnalisation, en permettant de régler le thème du logiciel selon l’heure de la journée, en imaginant une nouvelle façon de trier les onglets si vous avez tendance à en ouvrir beaucoup trop d’un coup, ou bien en rentrant dans le détail de votre historique de navigation.

Malgré une très grande liberté laissée à ses utilisateurs, l’usage de Vivaldi reste toutefois modeste face aux poids lourds que sont Google Chrome, Safari et Firefox. À dire vrai, il n’apparait pas encore sur les radars des services qui permettent de suivre l’évolution du taux d’adoption des navigateurs web. Devant lui, on trouve d’ailleurs d’autres alternatives, dont Edge, Opera ou même le navigateur natif de Samsung.

Si la notoriété de Vivaldi reste aujourd’hui anecdotique, rien ne dit que cela perdurera à l’avenir. D’autant que le navigateur web est très jeune : sa première version n’est sortie que début 2015. C’est un poussin à côté de Chrome, qui a vu le jour en 2008, Firefox, né en 2002 et Safari, apparu un an après. Sa réputation reste à construire. Et peut-être que le nom qu’il a choisi aidera.

Oui, la référence est transparente

En effet, le navigateur Vivaldi a choisi de faire référence à une personnalité que vous avez sans doute déjà identifiée : Antonio Vivaldi. La confirmation a été donnée par Tatsuki Tomita, l’un des fondateurs de l’entreprise avec Jon Stephenson von Tetzchner, en 2015 à un média brésilien, Techmundo. Interrogé sur les raisons qui ont poussé les deux hommes à prendre le patronyme du compositeur italien, Tatsuki Tomita explique :

«  Nous voulions un nom qui soit mondial. Vivaldi est un compositeur que beaucoup de gens connaissent et un nom qui peut être reconnu où que vous soyez », explique-t-il. Rares en effet doivent être les personnes qui n’ont pas entendu au moins une fois un extrait de son concerto pour violon Les Quatre Saisons, pièce majeure de son répertoire, et l’une des œuvres les plus importantes de la musique classique.

concert musique
Les Quatre Saisons. // Source : Franck Alcaraz

«  Nous voulions également un nom qui ne nécessite pas de traduction », ajoute Tatsuki Tomita, même si, en fait, cela n’aurait pas été un souci. Après tout, les autres navigateurs se servent bien de noms communs pour se désigner sans traduire quoi que ce soit, et cela n’a pas l’air de gêner les internautes même s’ils ne comprennent pas l’anglais. On parle bien de Firefox en français, et non pas de renard de feu.

« De plus, continue Tatsuki Tomita, Vivaldi était un compositeur qui a innové à son époque, et nous voulions aussi transmettre cette idée de l’innovation avec un nom qui pourrait être compris partout. » Ce caractère novateur est reconnu, en témoigne ce passage dans son article Wikipédia (qui a le label de qualité, plus haute distinction possible), où il est noté que le musicien a introduit le concept des concertos à programme.

L’entrée encyclopédie souligne également les « pièces si novatrices » qu’ont été Les Quatre Saisons, « lorsqu’on les replace dans leur contexte musical des années 1720 », et observe que Jean-Sébastien Bach « s’est donné la peine de transcrire nombre de concertos vivaldiens », alors même que l’intéressé est aujourd’hui parfois considéré comme le meilleur compositeur de tous les temps.

Il reste à savoir si Vivaldi, le navigateur, connaîtra la même trajectoire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo