La purge des applications d'origine chinoise se poursuit en Inde. Une nouvelle vague de programmes est désormais bannie, sur ordre de New Delhi. Parmi eux, AliExpress.

Les relations bilatérales entre l’Inde et la Chine demeurent glaciales depuis la reprise du conflit frontalier entre les deux pays, qui a débouché cet été à des escarmouches militaires meurtrières de chaque côté. À cela s’ajoutent les accusations d’ingérences de Pékin dans les affaires intérieures de New Delhi, notamment dans l’environnement numérique. Mais le géant indien est loin de rester les bras ballants.

43 nouveaux programmes exclus du net indien

Le 24 novembre, son ministère en charge des sujets électroniques et des technologies de l’information a annoncé le bannissement de 43 applications mobiles qui sont d’origine chinoise. On trouve dans le lot des jeux vidéo, des applications de rencontre, mais aussi des services de TV. La majorité des logiciels désormais interdits en Inde vous sera sans doute inconnue, sauf une : AliExpress.

AliExpress est un service pour les particuliers développé par Alibaba, géant chinois dans le commerce électronique, qui rencontre une certaine popularité, y compris en Occident, dans la mesure où l’on peut trouver de nombreux produits à bas prix. La plateforme a hélas une face plus sombre, où les contrefaçons côtoient les services illégaux (compte Netflix piratés, VoIP, etc.), même si la société dit faire son possible pour en limiter l’ampleur.

Contrefaçons de bracelets d’Apple Watch sur AliExpress.

« Cette mesure a été prise sur la base des données suggérant qu’elles s’engagent dans des activités préjudiciables à la souveraineté et à l’intégrité de l’Inde, sa défense, la sécurité de l’État et à l’ordre public », avance New Delhi. «  Le gouvernement s’est engagé à protéger les intérêts des citoyens ainsi que la souveraineté et l’intégrité de l’Inde sur tous les fronts et il prendra toutes les mesures possibles pour y parvenir ».

Depuis le début de l’année, le gouvernement indien a enchaîné les mesures de blocage contre les applications chinoises. En date du 29 juin, 59 applications ont ainsi été exclues du net indien. Le 2 septembre, une nouvelle vague a conduit à l’exclusion de 118 autres programmes. Parmi les logiciels pris pour cible figurent TikTok, WeChat, PUBG, Baidu ou bien Xiaomi.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo