Le navigateur web Vivaldi se démarque en annonçant avec sa version 3.4 l'intégration d'un mini-jeu : Vivaldia.

Depuis son lancement en 2016, Vivaldi est parfois présenté comme le navigateur des power users. Désormais, peut-être faut-il aussi l’appeler le navigateur des gamers. Sa nouvelle version, numérotée Vivaldi 3.4, est en effet livrée avec un mini-jeu intégré intitulé Vivaldia — qui est d’ailleurs aussi le nom de l’héroïne que l’on dirige dans ce jeu en deux dimensions qui rappelle les années 80.

Jouable à la manette ou au clavier, Vivaldia raconte l’histoire d’une motarde en mono-roue futuriste lancée dans un combat contre les forces du mal. Tout ceci est évidemment un prétexte, une toile de fond pour ce jeu de course dont la direction artistique pioche dans le pixel art — pour un rendu très rétro. Quant à l’ambiance, elle respire le cyberpunk et la SF noir.

Vivaldia
Un exemple de gameplay sur Vivaldia. // Source : Vivaldi

Un jeu accessible là où est disponible Vivaldi

Pour Vivaldi, l’objectif n’est pas seulement  d’offrir un jeu amusant au sein du navigateur. Il s’agit aussi, selon Jon von Tetzchner, PDG chez Vivaldi, de raconter indirectement l’histoire du navigateur face aux «  monstres de la technologie » dans une « croisade contre la concentration du pouvoir au sein de quelques entreprises mondiales » Aucun nom n’est donné, mais on devine bien à qui il pense.

Vivaldia est accessible en ligne et hors ligne et fonctionne sur n’importe quelle plateforme : Windows, Mac, Linux, Android et chromebook. En somme, là où est présent le navigateur. Reste une question : le mini-jeu offre-t-il un challenge suffisant, au-delà du message politique ? Oui, assure Jon von Tetzchner : « Le jeu est facile à démarrer, mais suffisamment difficile pour le rendre intéressant ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo