L'objectif d'Apple est que ses produits soient écologiquement neutres en 2030. Pour cela, il force ses partenaires à se convertir aux énergies renouvelables, des usines aux centres de données.

Comme d’autres entreprises, Apple l’a promis : toute son activité sera neutre en émission carbone d’ici 2030. L’engagement d’Apple ne tient pas qu’à l’alimentation des Apple Stores ou des bureaux, mais à l’intégralité de la chaîne, des producteurs aux usines en passant par les fournisseurs et les distributeurs. Côté marketing la promesse tient en une phrase choc : un iPhone aura en 2030 un impact nul sur le climat.

Apple éolienne
Source : Apple

L’éolien en renfort du solaire

Pour cela, Apple a plusieurs stratégies qui seront complémentaires. Tout l’enjeu est de pouvoir répondre en tant qu’entreprise, mais également d’amener ses fournisseurs à cet équilibre. Si un iPhone est construit avec un composant fait dans une usine alimentée aux énergies fossiles ou qu’il utilise les données d’un data center qui n’utilise pas le nucléaire ou les énergies renouvelables, alors il ne peut pas avoir eu un impact nul. C’est en ce sens que le géant de Cupertino annonce aujourd’hui, par communiqué de presse, un grand projet pour l’Europe : au Danemark, il va construire un parc éolien avec les engins les plus grands du monde, pour alimenter son data center de Viborg.

Cet ensemble d’éoliennes va produire à terme 62 gigawatts-heures d’électricité par an. Le data center de Viborg, amené à grandir, utilisera l’énergie produite par ce parc. Pour l’heure, sa taille lui permet de tourner exclusivement avec de l’énergie solaire, prise sur un parc déjà construit par Apple pour l’occasion. Toute l’énergie excédentaire générée par ces éoliennes sera rediffusée sur le réseau électrique danois. À titre de comparaison, l’éolien en France, off-shore (en mer) et on-shore (sur les terres), produit 34,1 TWh d’électricité par an et correspond à un peu plus de 6 % du mix énergétique national en 2019. Les éoliennes d’Apple, certes gigantesques du haut de leurs 200 mètres, produiront donc beaucoup pour un data center, mais assez peu à l’échelle d’un pays déjà engagé sur les énergies renouvelables.

Forcer la main des partenaires

Du côté des partenaires, l’Allemand Varta, spécialiste des batteries, s’est engagé à ce que sa production pour Apple soit 100 % propulsée par des énergies renouvelables. D’autres projets en Belgique, Suisse ou au Pays-Bas sont en cours de réalisation. En clair, une transition énergétique à marche forcée, issue d’un acteur privé qui a suffisamment de cash pour investir.

Crédit photo de la une : YouTube/Apple

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo