Google expérimente des modifications sur le comportement de certains éléments en JavaScript qui concernent les onglets en arrière-plan. Dans certains cas de figure, des gains importants en termes d'autonomie ont été observés. Une aubaine pour les smartphones et les ordinateurs portables. Mais les conditions de test étaient très particulières.

Dans l’optique de réduire l’impact de Chrome sur l’autonomie des ordinateurs portables et des smartphones, Google explorerait une nouvelle approche. D’après le site The Windows Club, qui dit avoir pu consulter de la documentation technique, il s’agirait de restreindre le fonctionnement des minuteries (timers) en JavaScript pour les onglets inactifs du navigateur web, afin de ne laisser que ceux de l’onglet en cours d’affichage.

Selon des essais menés en interne, l’autonomie aurait été prolongée de deux heures, ce qui est énorme. Les conditions du test étaient toutefois spéciales : Google avait lancé 36 onglets aléatoires et affiché une page vide à l’écran. Or, dans une situation courante, les pages vides ne le restent jamais et l’utilisation d’un aussi grand nombre d’onglets est rare, sur les PC portables et encore plus sur les smartphones.

Un second test, un peu plus réaliste, a cette fois remplacé la page vide par une vidéo de YouTube, et le même nombre d’onglets en arrière-plan. Les gains restent notables, avec une extension de la durée de vie de la batterie d’environ 36 minutes, mais sans être aussi spectaculaires que la première mesure. Il est précisé que la vidéo était jouée en plein écran et que le mode d’économie d’énergie était coupé.

La piste envisagée par Google pour réduire un peu plus l’empreinte de Chrome sur l’autonomie des terminaux pourrait être empruntée avec la version 86 du navigateur web. // Source : Kārlis Dambrāns

Un changement envisagé pour Chrome 86

Le cadre un peu extrême de ces tests suggère que les véritables bénéfices dans le cadre d’une utilisation classique de Google Chrome (c’est-à-dire avec juste quelques onglets ouverts), sans être négligeables, pourraient être finalement assez modestes, puisqu’ils dépendent du nombre de pages en arrière-plan et du délai passé sans avoir été réactivées — les modifications sur le comportement des timers JavaScript concerneraient les onglets en arrière-plan depuis au moins cinq minutes.

Cette piste pourrait être proposée à partir de Google Chrome 86, qui arrivera au cours du troisième trimestre 2020. Elle devrait être en outre juste fournie à titre expérimental : pour l’activer, il faudrait se rendre dans les réglages avancés du navigateur web (chrome://flags à inscrire dans la barre d’adresse), une zone généralement fréquentée uniquement par les utilisateurs expérimentés.

Actuellement, Google Chrome est en version 83.

S’il est très apprécié, Google Chrome fait l’objet de deux critiques récurrentes : l’impact qu’il a sur l’autonomie des terminaux sur lesquels il est installé et sa consommation importante de mémoire vive. Ces points noirs font souvent l’objet de discussions et de moqueries. Des reproches que n’ignore pas Google, en témoignent les efforts et les réflexions dans ce domaine, mais pour lesquels le groupe n’a pas encore trouvé de recette miracle.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo