JBL propose des AirPods au design daté à un tarif inférieur à 100 euros. Sans les soucis de connexion dont ils pâtissent, on aurait pu les recommander.

Quand on pense écouteurs vraiment sans fil à la philosophie proche de celle des AirPods, on pense forcément à des produits très onéreux. Et alors que 2019 a plutôt rimé avec l’ajout de fonctionnalités (exemple : la réduction de bruit active) plutôt que la course à l’accessibilité financière, JBL propose, avec ses Tune 220TWS, des AirPods maison à moins de 100 euros.

Que doivent faire des écouteurs à moins de 100 euros ? Le strict minimum, bien entendu. C’est-à-dire : une utilisation simple, un confort acceptable et un rendu audible. En somme, il faut que le produit marche et ne s’éparpille pas dans des fonctionnalités qu’il peinerait à assumer.

Des AirPods un peu grossiers

Les photos parlent d’elles-mêmes : les Tune 220TWS ressemblent à des AirPods, pour le meilleur et pour le pire. Ou, tout du moins, ils essayent de s’approcher le mieux possible des écouteurs sans fil d’Apple, dont le design commence à dater (la déclinaison Pro lancée en 2019 est d’ailleurs beaucoup plus moderne). On se retrouve dès lors avec des oreillettes équipées d’une longue, épaisse et grossière tige. Très franchement, les Tune 220TWS font penser à un jouet tellement les finitions ne sont pas soignées (sur notre modèle blanc, les démarcations du plastique sont très prononcées).

On apprécie quand même le rendu mat, qui esquive plus volontiers les traces de doigts, et les quelques coloris disponibles (noir, bleu, blanc et rose). Pour un soupçon d’élégance, JBL ajoute un cerclage argenté teinté, qu’importe la version choisie. Voilà qui casse un peu la monotonie.

Les Tune 220TWS sont fournis avec un boîtier de recharge relativement compact, quoiqu’un tantinet épais une fois glissé dans une poche. Là encore, JBL a repris la philosophie Apple et c’est en insérant les écouteurs que l’on comprend l’importance de la longue tige : cela permet de les reloger plus facilement, sans même regarder ce que l’on fait. Ce n’est pas très joli à porter, mais, au moins, c’est pratique.

À l’arrivée, on conseillera peut-être plus volontiers ces Tune 220TWS à un public peu soigneux, tant ils paraissent plus robustes que les AirPods. Il n’y a en revanche aucun indice de protection contre l’eau (gare à la pluie).

Un écouteur JBL Tune 220TWS // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La simplicité puis les complications

Pour connecter les Tune 220TWS à son smartphone, il n’y a même pas besoin d’application. On ouvre le boîtier, on sort les écouteurs et on se rend dans les paramètres Bluetooth pour appairer. Certes, c’est moins direct que les AirPods au sein de l’écosystème iOS, mais le processus prend quelques minutes à peine. C’est après que les choses se compliquent… Durant nos quelques jours d’utilisation, on a plusieurs fois dû composer avec une connexion très capricieuse, obligeant à repasser par les paramètres Bluetooth pour la rendre opérante. Là est pourtant la grande force des AirPods : limiter au maximum les gestes pour profiter du produit sans y penser. On a bêtement pensé que l’application JBL Connect pouvait rectifier le tir — en vain.

Comme ils sont vendus sous la barre des 100 euros, les écouteurs de JBL sont limités du côté des fonctionnalités :

  • Pas de connexion à plusieurs appareils ;
  • Pas d’extinction automatique/reprise de la lecture quand on retire/remet une oreillette ;
  • Pas de charge sans fil.

Les deux oreillettes disposent chacune d’un bouton pouvant servir à l’allumage/l’extinction, mais aussi pour l’accès à quelques raccourcis. Comme c’est souvent le cas dans cette catégorie de produits, c’est le nombre de clics qui régit la commande. Sur celle de gauche, un clic permet de passer à la chanson suivante tandis que deux à la suite fait revenir en arrière. Sur celle de droite, un clic gère la lecture (pause/reprise) et les appels là où deux activent un assistant vocal. Un appui long de 3 secondes peut couper le micro.

Écouteurs sans fil JBL Tune 220TWS // Source : JBL

Proche de l’universalité

Sur la boîte, il est écrit, dans la description, «  ergonomie universelle ». En matière d’écouteurs, on peut sans aucun doute affirmer que l’universalité est un mythe, sinon un fantasme puisqu’il existe beaucoup trop de morphologies d’oreille différentes pour arriver à contenter tout le monde. Qu’à cela ne tienne, il est possible de s’en approcher et, à ce petit jeu-là, force est de reconnaître que les Tune 220TWS s’en sortent bien. Non seulement ils tiennent très bien dans les oreilles (même quand on court), mais, en plus, on ne les sent jamais vraiment — que ce soit pendant l’utilisation ou après. Sur ce point, on peut remercier design très peu intrusif — à la AirPods.

En revanche, on est obligé d’adresser un carton rouge à l’ergonomie des touches physiques. En plus de leur taille riquiqui, on peut émettre de gros doutes sur leur placement au niveau du conduit auditif, soit tout en haut de la tige. Ce choix occasionne une gêne quand on appuie dessus étant donné qu’on enfonce un peu plus les écouteurs dans l’oreille.

JBL Tune 220TWS versus AirPods Pro // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Les basses sauvent les meubles

Entre la connexion erratique et le confort presque irréprochable, on peut affirmer que les Tune 220TWS soufflent le chaud et le froid. Il n’y a donc plus que le rendu sonore pour faire office de juge de paix. Sur ce critère, de choix quand on parle d’accessoires pensés pour la musique, la solution proposée par JBL ne manque pas d’arguments. Sans être les écouteurs les plus équilibrés du marché, loin de là, les Tune 220TWS assurent une bonne cohérence d’ensemble et revendiquent une qualité étonnante au regard du prix (moins de 100 euros, rappelons-le).

Pour convaincre, les écouteurs ont trouvé leur cheval de bataille : les basses, qui permettent d’assurer une belle dynamique d’ensemble (sans trop en faire non plus) alors que les médiums, par comparaison, sont un peu moins fouillés. En bref, JBL sait comment bluffer l’audimat quand l’exigence n’est pas invitée à s’exprimer. On sait pourquoi on paie aussi peu cher, mais, dans le même temps, il n’y a pas de quoi crier au vol.

Attention toutefois, l’isolation acoustique est de l’ordre du risible, si bien que tout votre entourage profitera de vos playlists favorites sans besoin de tendre l’oreille. Pour qui n’assumerait pas d’écouter Evanescence dans le métro, c’est un point à prendre en compte.

Boîtier JBL Tune 220TWS versus boîtier AirPods Pro // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Autonomie minimum

JBL promet une autonomie de 3 heures pour ses Tune 220TWS, ce qui correspond au strict minimum sur le segment (même les AirPods de première génération allaient un peu plus loin). Le boîtier en ajoute 16 pour une autonomie totale d’un peu moins de 20 heures, ce qui est suffisant pour tenir une semaine avec un usage modéré (2-3 heures par jour).

La batterie du boîtier met deux heures pour se recharger totalement… par un port micro-USB. En 2020.  On se dit que JBL devait avoir de vieux câbles à recycler.

En bref

JBL Tune 220TWS

Note indicative : 2/5

En soi, l’idée de proposer des écouteurs sans fil à la AirPods sous la barre des 100 euros est excellente. Elle évite d’avoir à passer par des copies chinoises vendues sur Wish pour une misère. Mais encore faut-il que l’exécution soit correcte sur les points essentiels, notamment sur l’ergonomie générale et la connexion.

Malheureusement, les Tune 220TWS reposent sur une expérience utilisateur calamiteuse en raison des nombreux soucis de connexion que nous avons déplorés pendant notre essai. C’est dommage tant JBL avait plus ou moins soigné le reste, le confort et le rendu sonore en tête.

Top

  • Confortable
  • Rendu étonnant
  • Le sans fil pas cher

Bof

  • Beaucoup de ratés avec la connexion Bluetooth
  • Nécessairement limités
  • Design cheap

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo