Alors que la gestion de l’un des plus vieux domaines du net va connaître d'importants bouleversements, une campagne démarre pour « sauver » le .org.

L’affaire fait couler beaucoup d’encre depuis la mi-novembre : le célèbre domaine « .org », qui concerne en priorité les organisations à but non lucratif (Wikipédia, Mozilla, Internet Archive, Change.org, etc.), est en train d’être vendu à une société à but lucratif, Ethos Capital, alors qu’il était jusqu’à présent administré par un organisme sans but lucratif, Public Interest Registry (PIR).

Forcément, le transfert d’un domaine à une entreprise qui a pour raison d’être l’objectif de faire fructifier ses actifs interroge sur la compatibilité avec ce que représente le « .org », En effet, l’Internet Society, la maison-mère de PIR, s’est dit convaincue qu’Ethos Capital va faire en sorte de garder le domaine « accessible et à un prix raisonnable ». Mais beaucoup craignent en fait une hausse lente et discrète des prix.

dotorg org nom de domaine
Le futur de la gestion du domaine suscite de vives craintes. // Source : PIR

C’est avec cette perspective en tête qu’une coalition s’est constituée pour dissuader les parties prenantes de mener à bien cette vente. Un site dédié, SaveDotOrg, a ainsi été mis en place. Il rassemble 27 organisations, dont Creative Commons, l’Electronic Frontier Foundation, Demand Progress, Internet Archive, Public Knowledge et la fondation Wikimédia).

La campagne est aussi soutenue par des internautes. Plus de 6 800 d’entre eux ont d’ores et déjà cosigné la lettre adressée aux présidents d’ Internet Society et de PIR, ainsi qu’aux dirigeants de l’ICANN, la société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, dont la mission inclut l’attribution des adresses IP et des noms de domaine génériques, comme les « .com », « .net » et « .org ».

SaveDotOrg
La page d’accueil du site de la campagne.

Deux risques identifiés

Pour soutenir son point de vue, SaveDotOrg pointe deux grands risques : outre l’élévation à prévoir des prix pour acquérir une adresse en « .org », il pourrait y avoir des mécanismes de protection des droits (Rights Protection Mechanisms) implantés de façon unilatérale. Or, ces dispositifs pourraient se retourner contre les ONG utilisant des adresses en « .org », alors qu’elles officient en toute légalité.

En clair, SaveDotOrg s’inquiète du scénario dans lequel Ethos Capital décidé de suspendre des noms de domaine parce qu’il a reçu des plaintes accusant telle ou telle ONG d’avoir eu des activités contraires à la loi. Ce problème pourrait se manifester avec des États voulant chasser des ONG ou réduire leur influence. SaveDotOrg assure que les organisations non gouvernementales sont régulièrement attaquées de cette façon.

Pour conclure, SaveDotOrg aimerait que l’Internet Society se souvienne de sa promesse, faite en 2002, lorsque la présidente de l’époque, Lynn St. Amour, que le « .org » resterait globalement supervisé par la communauté des ONG. Promesse qui avait été formulée au moment où la gestion du « .org » était transférée justement à PIR. « Nous insistons pour que vous teniez cette promesse », conclut le courrier.

Partager sur les réseaux sociaux