Après l'échec de sa tentative du 25 juillet, Franky Zapata retentera la traversée de la Manche en Flyboard le 4 août.

Il n’avait pas réussi lors de son premier essai, fin juillet. L’essai du 4 août sera peut-être le bon. Dimanche matin, Franky Zapata va de nouveau tenter de traverser la Manche avec un Flyboard. Hélas, s’il réussit, ce succès n’aura pas la même saveur que s’il y était parvenu le 25 juillet. Cette date marquait en effet l’anniversaire des cent ans de la traversée de Louis Blériot en avion.

Pour cette tentative, les conditions ne changent pas : il partira une fois encore de la ville de Sangatte, dans le Pas-de-Calais, pour rallier le Royaume-Uni et les alentours de la commune de Douvres. Il y aura 35 kilomètres à franchir au-dessus de la mer, avec la nécessité de procéder à un ravitaillement à mi-parcours pour se ravitailler. Il devra alors se poser sur un navire et s’équiper d’un nouveau sac à dos.

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est Franky Zapata. // Source : Twitter/Emmanuel Macron

Plateforme marine plus stable

Pourquoi ? Parce qu’il ne s’agit pas d’un parachute : l’intérieur a été aménagé pour accueillir le carburant nécessaire au fonctionnement du Flyboard. C’est grâce à lui que l’engin peut actionner les cinq mini-turoboréacteurs qui se trouvent en dessous et qu’il peut atteindre des pointes jusqu’à 190 km/h. L’autonomie est toutefois assez brève : il faut compter plus ou moins dix minutes de vol avant d’être à sec.

Pour maximiser ses chances de succès, un bateau beaucoup plus grand et plus stable sera déployé entre la France et le Royaume-Uni pour éviter l’effet de houle, signale 20 Minutes. À la première tentative, un membre de son équipe technique expliquait que « le bateau bouge sous ses pieds, il faut un timing parfait au moment de descendre », ce qui n’a pas facilité la tâche du pilote français.

La réussite du vol du 4 août aura sans doute également un relatif caractère d’urgence pour Franky Zapata et ses partenaires. En effet, le Français n’est pas le seul à se transformer en homme volant : de l’autre côté de la Manche, un Britannique, Richard Browning, a réussi, avec sa combinaison volante, la Jet Suit, à franchir Solent, le bras de mer qui sépare la côte sud de l’Angleterre et l’île de Wright.

Partager sur les réseaux sociaux