Le régulateur des télécoms est revenu sur le déploiement de l'IPv6 en France. Il appelle toutes les parties à accélérer le rythme alors que l'épuisement des adresses IPv4 devrait survenir plus tôt que prévu.

Le temps presse : la pénurie d’adresses IPv4, qui était estimée à 2021 lors des dernières projections, devrait survenir plus tôt que prévu. À l’occasion de la publication de son rapport sur l’état d’Internet en France pour l’année 2019, le régulateur des télécoms a actualisé ses prévisions. L’épuisement des stocks IPv4 est maintenant prévu pour la fin du deuxième trimestre 2020.

Il est impératif que l’ensemble de l’écosystème bascule sur IPv6, la nouvelle version du protocole, qui offre un stock d’adresses utilisables pratiquement sans limites. « La lenteur de la migration peut d’une part provoquer le dysfonctionnement de certaines catégories de services sur Internet du fait de systèmes de partage d’adresse IPv4 entre plusieurs clients mis en place pour faire face à la pénurie », écrit l’ARCEP.

Or, comme le notait déjà l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en octobre 2018, il y a un retard de la majeure partie des acteurs.

Arcep IPv6 IPv4
Panorama de la situation. // Source : ARCEP

Objets connectés, opérateurs de téléphonie mobile, hébergeurs et fournisseurs de contenu, systèmes d’information d’entreprises ou d’entreprises. Tous accusent une migration vers IPv6 faible ou nulle. La situation est un peu moins catastrophique pour les fournisseurs d’accès à Internet, les transitaires et l’infrastructure DNS, avec une migration partielle.

Seul vrai motif de satisfaction : les équipementiers, les smartphones, les tablettes et les smartphones, qui eux sont dans le vert.

Les FAI en ordre dispersé

Concernant plus spécifiquement les quatre principaux opérateurs français (Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR), l’ARCEP relevait en juin 2018 qu’ils avaient déjà épuisé entre 88 et 99 % de leurs stocks d’adresses IPv4. Problème, écrit le régulateur des télécoms,  certains acteurs n’envisagent pas un déploiement rapide de l’IPv6 sur leurs réseaux fixes. « Problématique », juge le gendarme des télécoms.

opérateurs orange free mobile sfr bouygues telecom
FrAndroid

Selon les données les plus récentes de l’ARCEP, Free est en tête du déploiement. La moitié de sa clientèle est en IPv6 sur son réseau fixe. Suit ensuite Orange, à 45 %. Quant à SFR et Bouygues Telecom, ils sont respectivement à 0,9 et 2,5 %. Et les prévisions pour la période 2019-2021 ne montrent pas un empressement : Free serait au mieux à 85 % en 2021, idem pour Orange, tandis que Bouygues Telecom serait à 50 % et SFR à 35 %

Face au manque d’allant d’un certain nombre d’acteurs, l’ARCEP a l’intention de lancer au cours du second semestre de cette année une task force dédiée justement à l’IPv6. Il s’agit, on le devine en filigrane, de pousser un peu plus toute la chaîne technique impliquée dans cette bascule. Cela en espérant que la nouvelle échéance, fixée au plus tard à juin 2020, ne sera pas encore avancée lors d’un prochain point d’étape.

Partager sur les réseaux sociaux