Mozilla et Microsoft s'associent pour que le navigateur web Firefox Reality puisse avoir sa place sur le casque HoloLens 2.

D’un côté, on a un éditeur de navigateur web qui travaille depuis plusieurs années à adapter son navigateur aux nouvelles formes d’affichage pour offrir des expériences en navigation immersive. De l’autre, on a un géant de l’industrie technologique qui a mis au point une version plus aboutie de son casque à réalité mixte. Dès lors, leur rencontre semblait inévitable.

C’est ce qui s’est produit lors du Mobile World Congress, qui se déroule jusqu’au 28 février. Lors de cette grand-messe high-tech, la fondation Mozilla, qui édite le navigateur Firefox, et Microsoft, qui a fabriqué le casque HoloLens 2, ont annoncé un partenariat pour explorer la possibilité de développer une expérience de net immersif pour les internautes, et ainsi « intégrer du contenu en réalité augmentée sur le web ».

Le projet Firefox Reality n’en est pour l’instant qu’à un stade limité, selon le communiqué de Mozilla. Il est question d’apporter « dans les mois à venir » le langage de programmation Rust et le support d’exécution qui garantira « une expérience plus sécurisée » sur HoloLens, mais aussi « d’intégrer la plateforme web de nouvelle génération, Servo, à l’HoloLens 2 pour sa sortie dès cet été ».

Pour la petite histoire, Servo et Rust sont deux des piliers sur lesquels s’appuie Firefox Quantum, une évolution majeure du navigateur web survenue fin 2017.

Le HoloLens 2 au Mobile World Congress // Source : Julien Cadot pour Numerama

Un Firefox repensé pour le web immersif

Outre Oculus, Mozilla a pris soin de porter son navigateur web Firefox Reality sur d’autres solutions, comme les casques Oculus Go, Google Daydream et Vive Wave.

Le navigateur spécialisé dans les réalités virtuelle, augmentée et mixte étant encore assez jeune, celui-ci n’est pas exempt de bugs ou de fonctions manquantes — en novembre, Mozilla citait les favoris, les vidéos à 360° et la gestion des comptes parmi les services qui n’ont pas encore pu être ajoutés au logiciel, car l’accent devait être mis sur l’utilisabilité du navigateur.

C’est ce qu’expliquait à l’époque André Vrignaud, le responsable de la stratégie pour la plateforme de réalité mixte chez Mozilla : « Nous avons dû tout repenser, de la navigation à la saisie de texte, en passant par les environnements, la recherche sur Internet et bien plus encore ». Ainsi, dans la mesure où la saisie de texte est relativement bloquante, il a fallu passer la possibilité de faire des recherches à la voix.

Partager sur les réseaux sociaux