Sur le compte Twitter So sad today, une autrice documente sa dépression. Un livre a été adapté et il vient de sortir en France.

«  Tu dois apprendre à mieux faire semblant », « mon estime de moi a été correcte pendant 30 secondes », «  je n’aime personne y compris moi-même »… Ces phrases ont toutes été publiées sur So sad today. Ce compte Twitter dédié à la dépression est si populaire qu’un livre en a été inspiré. Il est sorti en français le 24 janvier 2019.

Twitter comme exutoire

Le compte So sad today a été créé en juillet 2012 par une Américaine nommée
Melissa Broder. Celle qui a aujourd’hui la trentaine est une ancienne chargée de relations publiques. Elle exerçait ce métier dans une maison d’édition.

Melissa Broder, en interview // Source : Capture d’écran YouTube / Penguin Random House

Dans une interview publiée le 27 janvier dans le BibliObs, l’autrice raconte être en dépression depuis des années. Ni les médicaments, ni la thérapie n’ont réussi à la soulager. Elle a alors choisi d’ouvrir un compte Twitter, et d’en faire son exutoire anonyme.

790 000 abonnés

Plusieurs fois par jour, elle publie sur le compte ses états d’âme. Ce sont souvent des phrases assez déprimantes, mais l’honnêteté séduit : plus de 790 000 personnes sont abonnées à So sad today. Chaque tweet est aimé des milliers de fois.

Dans les commentaires, ces abonnés et abonnées soutiennent Melissa Broder, souvent avec humour. Certains expliquent vivre et ressentir la même chose qu’elle et se sentir, du coup, un peu moins seuls. So sad today a aussi reçu le soutien de personnalités comme Miley Cyrus ou Katy Perry.

En 2016, le compte Twitter a été adapté en un livre, qui porte le même titre. L’autrice y a inclut des essais, dans lesquels elle évoque notamment ses vieilles addictions : la drogue, l’alcool, ses troubles du comportement alimentaire, ses histoires d’amour à sens unique. Elle parle de son rapport à la thérapie et aux anti-dépresseurs.

Ce livre vient tout juste d’être traduit et de sortir en France. Il est disponible sur les sites de la Fnac ainsi qu’en librairies, au prix de 20 euros. Tout comme le compte Twitter associé, il rappelle qu’être de bonne humeur et positif, c’est bien… Mais que se sentir faible et négatif, cela arrive à tout le monde aussi.

Le fait de se sentir déprimé ou de faire une dépression a longtemps été tabou sur les réseaux sociaux, où la tendance est plutôt au contraire à l’embellissement de sa vie. C’est toujours le cas, mais la parole s’est libérée. De nombreux youtubeurs et youtubeuses ont notamment fait part en 2018 de leur burn-out ou de leur dépression.

Partager sur les réseaux sociaux