Depuis des années, Facebook doit lutter contre des chaînes de désinformation. De nouvelles sont régulièrement créées, encore aujourd'hui.

Si vous avez reçu un message d’un ami vous informant que votre compte Facebook a été piraté, respirez un grand coup, et ne paniquez pas. Il y a de fortes chances pour que cela soit faux.

Des messages envoyés par ses vrais amis

Comme l’expliquait le 8 octobre le Washington Post, des messages tournent depuis quelques jours sur le réseau social. À priori plutôt en anglais – des versions dans d’autres langues existent peut-être également –, ils prennent la forme d’un message privé envoyé par un ami la plupart du temps, et parfois par un inconnu.

L’app Facebook dans iOS. // Source : www.quotecatalog.com

Votre interlocuteur dit avoir reçu une demande suspecte d’ajout à sa liste de contacts Facebook de votre part. Votre compte, est-il écrit, a dû être piraté, et il faut que vous préveniez tous vos amis en leur faisant suivre ce message.

Il existe également une variante, dans laquelle l’ami explique s’être lui-même fait pirater son compte, et vous recommande de ne pas accepter de demande en ami qui semble émaner de lui « pour le moment ».

Washington Post

Que faire si l’on reçoit un tel message ?

Ces messages ont peu de chances d’être suivis de ladite demande en ami suspecte. Et à priori, aucun compte n’a été hacké, a confirmé un porte-parole du réseau social au média américain. Il s’agit simplement d’une (énième) chaîne Facebook, qui surfe sur l’inquiétude des utilisateurs de se voir usurper leur identité un jour – ce qui est possible, mais ce n’est pas une fausse chaîne qui vous en avertira.

Si vous recevez l’un de ces messages d’alerte, commencez par vérifier le compte de l’ami qui vous l’envoie : existe-t-il plusieurs comptes identiques en tapant son nom dans la barre de recherches ?

Abstenez-vous de diffuser un message qui pourrait inquiéter des amis.

Vous remarquez que votre compte ou celui de l’ami en question a vraiment été cloné ? Il suffit alors de le signaler à Facebook. Si ce n’est pas le cas, abstenez-vous de diffuser un message qui pourrait inquiéter des amis.

À lire sur Numerama : Facebook part à la chasse aux faux comptes pour en finir avec les fake news

 

Partager sur les réseaux sociaux