La course au plus grand nombre de capteurs photos sur un smartphone est lancée entre les fabricants. Nokia pourrait bien décrocher la première place.

S’il développe vraiment ce smartphone, Nokia risque de se mettre à dos beaucoup de trypophobes – personnes ayant peur des trous. Des images, révélées en premier lieu le 6 septembre par le site chinois ITHome, montrent ainsi un téléphone avec non pas un, ni, deux, ni trois capteurs photos à l’arrière… mais cinq.

Ceux-ci sont disposés en cercle, aux côtés de ce qui semble être le flash et un outil de reconnaissance d’empreinte digitale.

Une première fuite avait montré un dessin similaire. // Source : Nokia power user

Une première fuite avait montré un dessin similaire.

Source : Nokia power user

Nokia Mobile, racheté par HMD Global en 2016, a longtemps eu du mal à rester dans la course aux smartphones face à ses concurrents. Sous Windows Phone, ses produits étaient largement en-deçà de ceux proposés sous Android ou iOS.

En juin, Florian Seiche, PDG de HMD Global, expliquait à Numerama vouloir donner un nouveau souffle à la marque. Il disait alors miser sur des appareils au bon prix, et durables. Le renouveau de la marque avec Android One est précisément en train de payer.

La course au nombre de capteurs photos

Il y a des raisons de penser que le smartphone aux cinq capteurs est réellement un projet en cours. En janvier, un plan d’appareil montrait en effet un schéma similaire, avec plusieurs appareils photo formant un cercle sur l’envers du téléphone.

Zeiss, une entreprise spécialisée dans l’optique et qui a noué un partenariat avec Nokia, a déposé un brevet en septembre 2015 qui y ressemble également.

Ces derniers mois, d’autres fabricants ont multiplié le nombre de capteurs, à l’image de Huawei, dont le modèle P20 Pro possède trois capteurs. Cela dit, la multiplication des capteurs n’est malheureusement pas vectrice de l’amélioration radicale de la photographie mobile.

Un brevet déposé par Zeiss il y a quelques années. // Source : Zeiss / Capture d'écran

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.