À partir du 16 août, les clients tiers pour accéder à Twitter vont devenir quasiment inutiles. Une décision business.

Le 16 août 2018, Twitter lance l’un de ses plus gros changements au niveau de son API. L’interface de programmation se voit limitée de bien des manières et les applications tierces qui permettent d’utiliser le réseau social souffrent déjà. Elles ont dû se préparer au changement en amont afin que des fonctionnalités ne soient pas buguées, mais les dégâts sur leur utilisation sont déjà évidents.

Tweetbot, l’une des applications les plus célèbres pour accéder à Twitter, en fait les frais et a publié le 15 août sa version compatible avec les nouvelles règles. Au programme, l’application perd beaucoup de fonctionnalités liées à un usage intensif du réseau social : la timeline ne se rafraîchit plus en direct en Wi-Fi (elle se rafraîchit que toutes les 2 minutes), les notifications push pour les likes, les personnes qui vous suivent, les retweets et les citations ne sont plus disponibles, les statistiques et l’activité ne sont plus accessibles et l’application Apple Watch disparaît. En plus, les notifications push pour les DM ou les mentions seront décalés à plusieurs minutes plutôt que distribuées instantanément.

Toutes ces modifications clairement annoncées par TweetBot concerneront toutes les applications tierces d’ici peu. Ces applications n’avaient déjà pas accès aux dernières fonctionnalités ajoutées par le réseau social (typiquement, les discussions en groupe) : elles deviennent aujourd’hui encore moins pertinentes par rapport à l’application officielle ou au site internet.

Et c’est bien toute la stratégie business de Twitter qui s’applique en ce 16 août 2018 : en étant un protocole et non une plateforme, Twitter ne peut pas contrôler ses utilisateurs et ce qu’ils voient. Lisez : il ne peut pas contrôler comment les publicités s’affichent. La seule rémunération du réseau social à l’oiseau bleu se fait sur les publications sponsorisées de différentes manières pour remonter dans les timelines des utilisateurs ou le placement de publicités avant les vidéos. Aujourd’hui, ces fonctionnalités ne sont pleinement contrôlées que directement dans l’application native, qui fait aussi des récapitulatifs, des suggestions et autres remontées d’informations qui permettent de diriger l’attention d’un utilisateur vers quelque chose.

Toute cette stratégie ne fonctionne pas avec des applications tierces, mais au lieu de les interdire complètement, Twitter rend leur utilisation quasi impossible. Reste à savoir si les utilisateurs de ces services tiers migreront sur la version officielle (ou sur Twitter Lite) ou  abandonner le réseau social.

Partager sur les réseaux sociaux