Tim Cook en a après les algorithmes proposant des playlists sur les plateformes de streaming musical.

La guerre fait rage entre les plateformes de streaming musical. Bien que Tim Cook avoue au détour d’une interview accordée à Fast Company pour un portrait consacré à Daniel Ek, CEO de Spotify, ne pas développer Apple Music pour « gagner de l’argent », le patron de la firme de Cupertino n’y va pas de mainmorte au moment de qualifier la concurrence.

Ainsi, le successeur de Steve Jobs met au pilori les algorithmes chargés de proposer des playlists aux utilisateurs. Sa phrase, publiée le 6 août 2018, accuse, «  Nous souhaitons que la musique garde sa part d’humanité, non pas qu’elle devienne un monde d’octets et de bits plutôt que d’art et d’artisanat. » Spotify n’est pas explicitement mentionné mais le message est passé. 

CC Flickr Fortune Global Forum

Apple Music plus centré sur l’humain

Tim Cook, qui n’envisage pas un entraînement sportif sans musique, n’est donc pas particulièrement fan des méthodes de Spotify et des autres. Il préfère miser sur des suggestions réalisées par des humains plutôt que par un ordinateur capable de compiler plusieurs données pour sortir des recommandations susceptibles de plaire. En résumé, Tim Cook estime que cette approche artificielle tue la musique à petit feu et conseille, in fine, de se tourner vers Apple Music — dont l’orientation serait plus humaine.

Daniel Ek a défendu son entreprise en restant poli, « Nous faisons de la musique nuit et jour, et cette clarté est la différence entre le moyen et le très, très bon. » On rappelle quand même que Spotify a plusieurs fois été accusé d’intégrer et de promouvoir des faux artistes dans ses playlists afin de booster ses revenus, aplanissant au passage toute créativité. Une position que Spotify défend.

Aujourd’hui, Spotify compte plus de 170 millions d’utilisateurs actifs, dont 75 millions d’abonnés payants. En face, Apple Music revendique 40 millions de souscripteurs (50 en ajoutant les essais gratuits).

Partager sur les réseaux sociaux