Des applications de premier plan ont été retirées de l'App Store, pour infraction aux règles d'Apple sur la géolocalisation. Parmi elles figurent Le Figaro, Marmiton ou encore Closer. Leur point commun ? Elles utilisent les services de Teemo, une société spécialisée dans la monétisation de la géolocalisation des internautes.

Apple est manifestement en train de siffler la fin de la récréation pour les applications récoltant des données de géolocalisation. Comme le fait remarquer Journal du Net, la firme de Cupertino a enlevé de l’App Store quelques applications dont la caractéristique commune est de faire appel aux services de Teemo pour déterminer où se trouvent leurs utilisateurs.

L’intervention d’Apple n’a pas affecté des applications sans envergure, au contraire. Ce sont des programmes intéressant des centaines de milliers de personnes, pour ne pas dire des millions, qui ont été retirés de la boutique en ligne. Leur nom ne vous est certainement pas inconnu : ils s’appellent Le Figaro, Closer, Vie de Merde ou encore Marmiton.

L’App Store.

Infraction aux règles

La raison pour laquelle ces applications ont été enlevées de l’App Store est fondée sur une infraction aux règles de la plateforme. Un email, reproduit partiellement par nos confrères, déclare en effet que « [l’application du Figaro] transmet les données de géolocalisation des utilisateurs à des tierces parties sans leur consentement à des fins inappropriées ». Plus exactement, c’est un SDK fourni par Teemo.

Ce nom vous dit peut-être quelque chose. Numerama avait consacré l’été dernier un long papier sur ce que vend cette startup française, à savoir un kit publicitaire à des éditeurs d’applications. Celui-ci est ensuite placé dans les applis mobiles que les internautes téléchargent sur leur smartphone et les données de géolocalisation sont alors récoltées et vendues à des annonceurs.

Présentation du service Teemo auprès des annonceurs, document interne obtenu par Numerama

10 millions de Français

Lorsque nous avions publié cette enquête, nous avions noté que ce pistage était massif car il concernait alors près de 10 millions de personnes en France. Il faut dire que la solution de Teemo, qui est en mesure d’envoyer des données de localisation toutes les trois minutes à des fins publicitaires, se trouvait dans une cinquantaine de grandes applications, dont Le Figaro, L’Équipe, Météo France, Closer et Télé Loisirs.

Dans le cas présent, il semble que seule l’application du Figaro ait pu retourner sur l’App Store, via une procédure d’urgence qui lui a permis d’être validée par Apple en un temps très bref, là où le processus normal prend quelques jours. Il a toutefois fallu que Le Figaro éjecte le SDK litigieux de sa mise à jour. D’autres applications, comme L’Équipe, n’ont pas été inquiétées, car elles n’avaient plus ce SDK.

iOS 11.

Restriction avec iOS 11

Le fait est que depuis la sortie d’iOS 11, Apple est beaucoup plus ferme sur la manière dont s’appliquent les conditions d’application de la localisation. En effet, l’option qui permettait à une application de géolocaliser une personne en dehors de l’utilisation de l’application a été supprimée. Désormais, il est soit possible de donner cette information pendant que l’appli sert effectivement, ou jamais.

Par ailleurs, le développeur doit aussi fournir une justification claire pour motiver un tel suivi, ce qui complique les activités de Teemo mais aussi les buts poursuivis par les éditeurs qui font appel à ses services. Comment en effet faire admettre l’intérêt, à Apple ou bien aux internautes, d’une géolocalisation des utilisateurs toutes les 3 minutes pour des motifs publicitaires ?

Présentation interne du service de géolocalisation de Teemo obtenue par Numerama

Pourquoi maintenant ?

Reste une interrogation : pourquoi Apple agit-il maintenant, alors que la disponibilité d’iOS 11 date du 18 septembre 2017 et que l’article de Numerama est sorti fin août ? En fait, ce sont de toute évidence deux évènements récents qui ont poussé la firme de Cupertino à faire appliquer plus strictement deux points de son règlement relatif à la géolocalisation : la présence de Teemo aux USA et une enquête de BuzzFeed.

Publiée le 1er mai, l’enquête de nos confrères complète la nôtre en mettant l’accent sur les pratiques de Teemo aux États-Unis. Ainsi, dans un e-mail envoyé par la startup française, on y lit par exemple la proposition qui est faite d’offrir 4 dollars par tranche d’un millier d’utilisateurs mensuels, en échange de l’installation de quelques lignes dans l’application.

apple
CC Beni Krausz

Le durcissement de la politique d’Apple à l’égard de la manière dont la géolocalisation est utilisée ne devrait certainement pas faire les affaires de Teemo, ni du reste du secteur. Dans un domaine proche, celui des cookies, nous avions appris que la nouvelle manière dont sont gérés les témoins de connexion par Apple avait commencé à affecter les entreprises de la publicité ciblée.

Dans le cas de la géolocalisation, un reflux de leur usage n’est pas exclure si Apple se met à éjecter des applications qui s’en servent, au motif qu’elles enfreignent son règlement. Il reste à savoir quel degré de fermeté Apple entend appliquer. Contacté par le Journal du Net, la directrice générale de Teemo en France espère pouvoir «  trouver des solutions avec nos partenaires et Apple » afin de «  réintégrer l’App store prochainement ».

Article publié initialement le 7 mai 2018

Crédit photo de la une : Chloé Batiot, Numerama

Partager sur les réseaux sociaux