Une mise à jour du vérificateur d'accès sur Google Drive est planifiée par le géant du web. Celle-ci doit améliorer le fonctionnement de l'outil, notamment en anticipant quels sont les contacts qui ont besoin de voir tel ou tel fichier et, le cas échéant, de proposer au propriétaire du document de partager un droit d'accès.

Avec Google Drive, les internautes ont la possibilité de définir des autorisations pour laisser d’autres personnes accéder et modifier des fichiers hébergés sur le service du géant du web. Pas question toutefois de laisser n’importe qui voir n’importe quoi : afin de contrôler les connexions aux documents, la firme de Mountain View propose un outil baptisé le « vérificateur d’accès ».

C’est cet outil qui bénéficie d’une mise à jour. En principe, celui-ci sert à s’assurer que les droits d’accès des destinataires sont valides, si par exemple un utilisateur partage un lien pointant vers un document stocké sur Google Drive (en transmettant le lien via Gmail, un cas de figure classique). Cette vérification se fait lorsque le partage survient dans l’un des produits par l’entreprise américaine.

Trois changements sont annoncés :

  • Vue simplifiée des demandes d’accès. « Vous verrez maintenant les noms ou adresses qui n’ont pas actuellement accès au fichier dans l’interface du vérificateur d’accès », explique Google ;
  • Davantage de formats pris en charge. Le vérificateur est capable de repérer un nombre plus varié de documents au moment d’un partage ;
  • Partage direct avec ceux qui sont supposés en avoir besoin. « Le vérificateur d’accès va anticiper qui a besoin d’accéder à un fichier et proposer par défaut un partage intelligent avec ces seuls destinataires », annonce Google.
Vérificateur d'accès
L’interface du nouveau vérificateur d’accès.

Naturellement, les utilisateurs gardent la main sur les droits d’accès. Google précise que s’il est possible de partager facilement des documents en se servant par défaut de ces réglages dits « intelligents », il est aussi possible de choisir une autre option pour ces fichiers. Rien ne sera partagé automatiquement sans le feu vert de l’usager ; ce serait sinon une fuite de données désastreuse.

Google déclare que cette mise à jour sera déployée globalement d’ici deux semaines ; elle est fondée sur des retours d’expérience de ses utilisateurs. Par ailleurs, elle ne va pas modifier les paramètres déjà en place et définis par les utilisateurs. « Si vous avez choisi de restreindre le vérificateur d’accès aux seuls destinataires, le partage de liens ne sera pas suggéré », indique l’entreprise.

Partager sur les réseaux sociaux