Les métadonnées des appels et des SMS des utilisateurs de Facebook ont bien été collectées pendant une période. La question reste celle du consentement.

Alors que l’entreprise de Mark Zuckerberg était déjà au centre de la polémique concernant Cambridge Analytica, le Néo-Zélandais Dylan McKay découvrait que Facebook avait conservé des historiques des métadonnées de ses appels et SMS. Le jeune homme, en auscultant les données collectées par l’entreprise, avait aussi trouvé un registre de ses contacts. Et en effet, jusqu’aux dernières versions d’Android, Facebook ne recueillait pas non plus de consentement pour récupérer ces données.

« Les utilisateurs doivent clairement donner leur accord »

Dimanche, l’entreprise américaine tentait d’éclairer ses utilisateurs quant à cette pratique dans un exercice de communication délicat. Le réseau social écrit : « L’historique des appels et des SMS est une fonctionnalité soumise à consentement pour les personnes utilisant Messenger ou Facebook Lite sur Android. Elle aide à trouver des contacts et à rester connecté avec les personnes auxquelles vous tenez  ».

Dans ce billet, l’entreprise explique à plusieurs reprises exiger des utilisateurs un consentement clair avant de récupérer ces données : « les utilisateurs doivent clairement donner leur accord  ».

appel-telephone-smartphone-iphone
CC Freestocks

Sur ce point, Ars Technica diverge. Pour le média, la demande d’accord n’est pas aussi claire que Facebook le prétend. Pour Sean Gallagher, l’option est cochée par défaut comme activée et les utilisateurs ne seraient pas prévenus. Par ailleurs, le journaliste rappelle qu’avant le scandale, l’entreprise n’avait jamais communiqué sur cette fonctionnalité.

La seule manifestation de cette fonctionnalité était visible lorsque le réseau social proposait inopinément des contacts à ajouter que vous pouviez avoir contactés par téléphone plus tôt.

Mais il apparaît qu’une écrasante majorité des utilisateurs ignorent une telle collecte. Enfin, Ars Technica interroge Facebook : si l’entreprise promet de ne pas vendre ces données et d’en avoir un usage strictement lié à la fonctionnalité mentionnée ci-dessus, pourquoi conserver plus qu’un numéro et un contact ? Quelle est l’importance de nos historiques d’appels et de SMS pour Facebook ?

Partager sur les réseaux sociaux