La publicité doit-elle connaître des limites ? Pas aux yeux de iSpace, une startup japonaise qui entend projeter des réclames pour les entreprises intéressées directement depuis la Lune. À terme, l'entreprise entend surtout coloniser l'astre visible depuis la Terre.

Où s’arrêtera la publicité ? Pas aux cratères lunaires, si la startup japonaise iSpace mène à bien son projet.

Elle vient en tout cas de lever 90 millions de dollars pour ses deux missions spatiales : propulser un vaisseau dans l’orbite lunaire d’ici 2019 puis s’y poser un an après pour installer les infrastructures de cette aventure publicitaire, qui s’adresse aux entreprises désireuses de faire leur promotion depuis la Lune.

La startup a notamment pu séduire les investisseurs, dont de grands groupes comme Japan Airlines, grâce à sa participation au concours Lunar X de Google — par le biais de l’équipe japonaise Hakuto — qui décernera 20 millions de dollars à l’équipe capable de faire naviguer son véhicule sur la Lune.

Takeshi Hakamada, patron d’iSpace, précise toutefois que cet objectif publicitaire n’est qu’une première étape : « L’homme ne vise pas les étoiles pour devenir pauvre. Il est donc crucial d’établir une économie dans l’espace. » iSpace entend en effet chercher de l’eau sur la Lune dès 2021 et la coloniser, comme elle le détaille dans une vidéo imaginant la concrétisation de ses projets à long terme.

La Lune, de plus en plus convoitée

La startup n’est toutefois pas la seule à avoir des vues sur la Lune : SpaceX, l’Europe et la Chine l’incluent également dans leurs futurs projets spatiaux.

Le panneau publicitaire envisagé par iSpace, lui, rappelle l’expérience de Zorglub, le scientifique mégalomane rencontré par le héros de BD Spirou dans l’album Z comme Zorglub de Franquin, paru en 1961. Une prouesse scientifique toutefois gâchée par la mauvaise impression du logo de Coca-Cola sur la Lune…

Z comme Zorglub par Franquin © Dupuis, 1961

Partager sur les réseaux sociaux