La vidéaste Amouranth a affirmé que son projet d’IA basé sur son image a fait un très bon démarrage. D’après elle, son clone érotique a généré 34 000 dollars en 24h.

L’initiative de la streameuse Amouranth consistant à lancer une IA qui imite son image va-t-elle faire tache d’huile parmi les créateurs et les créatrices de contenus pour adultes ? La somme que vient de gagner l’intéressée grâce à son « double virtuel », 24h à peine après son lancement, incitera sans doute à la réflexion.

Une vraie-fausse Amouranth qui simule une relation avec vous

L’Américaine a donné des nouvelles de son projet le 4 janvier 2023, via son compte personnel sur X (ex-Twitter). D’après la jeune femme, son chatbot (baptisé Amouranth AI) a intrigué et séduit suffisamment d’internautes pour qu’il génère en 24 heures plus de 34 000 dollars (environ 31 000 euros). Elle n’a pas depuis donné d’autres informations sur les gains récoltés.

Célèbre vidéaste qui a commencé sa carrière sur Twitch, avant de s’orienter vers des contenus érotiques puis pornographiques, Amouranth a attiré l’attention en début d’année avec un agent conversationnel qui simule sa personnalité. Cela, afin de proposer une expérience inédite à ses fans. Cette simulation personnalise des textes et peut générer des photos, des sons ou des vidéos.

Source : Capture d'écran
Un type de visuel d’Amouranth généré par IA. // Source : Capture d’écran

Plusieurs niveaux d’abonnement sont proposés, selon le degré d’intimité que l’on recherche avec cette présence factice d’Amouranth (la vraie Amouranth n’intervient jamais dans les interactions, tout repose sur le chatbot préalablement entrainé). Les sommes vont de 6 dollars par mois (statut ami) à 200 dollars par mois (statut petit copain), avec deux seuils intermédiaires.

Bien sûr, même en payant 200 dollars par mois, cette pseudo-relation amoureuse n’est pas exclusive. Cet abonnement ne vous réserve par Amouranth AI pour vous seul. Le chatbot reste accessible pour toute personne désirant entretenir ce rapport parasocial, c’est-à-dire à sens unique : vous pensez nouer une relation spéciale avec Amouranth, mais elle ne vous connaît pas.

Ce projet, dont on a commencé à entendre parler au printemps 2023, pourrait être amené à se développer, avec les progrès de l’intelligence artificielle. Il existe bien des outils qui permettent de générer du texte, de produire des images, parfois des vidéos, mais aussi des sons. Il suffit notamment d’entraîner les modèles sur la base d’un historique de contenus — ce qu’a fait Amouranth.

Des sommes modestes dépensées par les internautes

Hormis la somme brute annoncée par la vidéaste, on apprend aussi qu’en moyenne, les internautes ont déboursé 20 dollars par mois, ce qui est insuffisant pour accéder à l’ensemble des possibilités de cette IA — en particulier pour bénéficier de la liaison la plus « intime ». Autre constat d’Amouranth : une grande partie de ses clients ne suivent pas son compte (40 % environ).

Il est impossible de savoir si l’IA d’Amouranth est promise à un succès croissant, qui se matérialiserait avec des abonnements de plus en plus nombreux et coûteux, ou s’il ne s’agit que d’un feu de paille. Peut-être que c’est surtout la curiosité qui a joué dans ces premiers abonnements (le montant moyen peut le laisser penser), afin de voir si l’IA imite vraiment la jeune femme.

Pour elle, c’est possiblement une bonne opération financière, si une base de fidèles se maintient. Cela pourrait non seulement compenser les coûts initiaux du développement de cet agent conversationnel, avant de lui apporter un pécule plus ou moins élevé. Car l’avantage de cette IA, c’est qu’elle peut avoir plusieurs copains en parallèle. Et c’est « une poupée qui ne dit jamais non » (ce qui soulève, en soi, des vraies questions liées au consentement).


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.