Noonoouri, une influenceuse créée par intelligence artificielle, vient de sortir un single, après avoir signé avec Warner Music. Un premier pas qui pourrait en appeler d’autres, avec des entreprises profitant d’un cadre juridique encore flou.

C’est une chanson qui ne devrait vraisemblablement pas devenir un standard de la musique. Surtout, elle ressemble à des centaines d’autres déjà composées. Mais elle a une différence fondamentale avec toutes les autres : si elle a bien été composée par des humains, son interprète est une IA.

Noonoouri, une star virtuelle créée entièrement par intelligence artificielle, compte plus de 400 000 abonnés sur son compte Instagram et est une véritable célébrité : elle a déjà signé des contrats avec des marques de luxe comme Dior, Valentino ou encore Balenciaga. Désormais, Noonoouri vient de signer avec Warner Music, et dévoiler son premier single : Dominoes.

Noonoouri n’est pas la seule star virtuelle à exister — et elle n’est surement pas la dernière. La signature de son contrat avec Warner ouvre la voie à de plus en plus d’artistes et de personnalités « créées » par IA, dont les performances sont toujours plus impressionnantes. Elle pose surtout de nombreuses questions en termes de droit, et représente, pour beaucoup, un danger pour l’industrie musicale

Noonoouri, la première chanteuse créée par IA

Warner Music a annoncé la signature le 2 septembre 2023 dans un communiqué de presse. Sa première chanson, Dominoes, a été écrite avec l’aide de DJ Alle Farben et par un groupe de musiciens. La voix de Noonoouri a été synthétisée par intelligence artificielle à partir de la voix d’une vraie chanteuse, mais modifiée afin qu’elle ait sa propre tonalité.

Noonoouri est née en 2018, sur une idée de « l’activiste digital » Joerg Zuber, qui anime toujours son compte. Il n’est cependant plus le seul à s’occuper de la carrière de l’influenceuse : une équipe de 15 personnes s’active pour maintenir l’activité de Noonoouri sur les réseaux sociaux, a indiqué Joerg Zuber au Telegraph. Selon lui, Noonoouri est la preuve que l’IA « donne du travail à de vrais humains. »

Il faut dire que l’influenceuse est particulièrement populaire. Outre ses partenariats avec plusieurs grandes marques de luxe, elle est déjà apparue dans une vidéo de Kim Kardashian. Avec l’accord signé entre elle et Warner Music, Noonoouri assoit encore plus son statut de star et d’influenceuse créée par IA unique.

Qu’en est-il des droits d’auteur ?

Mais l’accord interroge aussi les professionnels du milieu, notamment pour les questions de droits d’auteur. Warner Music a essayé de rassurer en indiquant à The Independent dans un article que « les auteurs-compositeurs et les musiciens de la chanson recevront des royalties et des droits d’édition comme pour toute autre chanson traditionnelle ». Il n’est cependant pas précisé si la chanteuse qui a prêté sa voix aura droit au même traitement, ni si Joerg Zuber touchera une partie des droits d’auteur.

Toutes ces questions sans réponse inquiètent particulièrement les musiciens. « Tant que nous n’aurons pas mis en place un cadre beaucoup plus solide, l’IA restera une menace pour l’ensemble de l’écosystème de l’industrie musicale », a ainsi indiqué Naomi Pohl, la directrice générale du syndicat des musiciens anglais à The Telegraph.

Un extrait du clip de Dominoes, la chanson de Noonoouri // Source : YouTube / Noonoouri
Un extrait du clip de Dominoes, la chanson de Noonoouri // Source : YouTube / Noonoouri

L’organisation demande plus de droits et de protections face aux nouveaux challenges que pose l’arrivée de l’IA. « Le gouvernement doit reconnaître que l’utilisation d’enregistrements pour apprendre aux IA est un acte protégé par le droit d’auteur, et trouver un moyen pour que les entreprises respectent la loi », insiste Naomi Pohl.

C’est un autre aspect du problème déjà soulevé par les chansons créées par IA qui prennent les voix d’artistes humains, et les font chanter d’autres chansons. La pratique, qui a été controversée au début, et maintenant devenue monnaie courante, et ces remix artificiels sont souvent très populaires.

Pour l’instant, non seulement la plupart des artistes se retrouvent sans protection, mais se retrouvent en concurrence avec des stars virtuelles qui coutent beaucoup moins aux maisons de disques. Elles ne coûtent rien, ne font pas de caprice de star, n’ont pas de problèmes de santé, ne font pas de scandales. Surtout, les intelligences artificielles deviennent banales dans le paysage, et les influenceuses créées par IA ne font pas peur au public. Noonoouri est peut-être la première IA à signer avec une maison de disque pour produire des chansons, mais elle ne sera surement pas la dernière.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !