L’équipe de développement en charge des applications chez Wikipédia réfléchit à réintroduire Nearby sur Android. Nearby, c’est un service qui montre sur une carte les lieux proches identifiés dans les articles de Wikipédia. Un outil formidable quand on l’utilise en vacances, par exemple.

Quels articles Wikipédia correspondent à l’endroit où vous êtes ? C’est une fonctionnalité que propose l’encyclopédie depuis dix ans, avec le service « Nearby » (« À proximité », en français). Vous autorisez le site à accéder à votre localisation et il peut ensuite vous présenter les lieux qui se trouvent aux alentours — et distants au maximum de quelques kilomètres.

Cette option est disponible à cette adresse, accessible depuis n’importe quel PC. Le fait est toutefois qu’elle est peu intéressante à utiliser dans ce cadre : si vous avez un ordinateur de bureau, celui-ci va rester certainement à sa place. Vous aurez donc vite fait le tour de tous les points d’intérêt autour de votre domicile ou de votre lieu de travail.

C’est sur mobile qu’elle a un vrai potentiel, lorsque vous êtes en déplacement — en vacances, l’option est géniale pour découvrir ce qu’il y a d’intéressant dans les parages. Le problème, c’est qu’il n’existe aucun raccourci immédiat sur la page d’accueil de Wikipédia. Quant à l’application mobile, elle n’inclut aucun bouton dédié pour y accéder.

Wikipédia planche sur un retour de Nearby

La bonne nouvelle, c’est que cette situation très peu commode va possiblement changer : des réflexions sont en cours au sein de l’équipe en charge des applis chez Wikimédia (l’organisation qui chapeaute Wikipédia et les différents projets culturels périphériques, comme Commons ou le Wiktionnaire). L’objectif ? Rétablir l’option « Nearby » dans l’application.

Celle-ci existait par le passé, mais a été supprimée « en raison de problèmes de performances », indique un message présentant l’état des lieux de ce projet. Il n’est pas garanti avec certitude que « Nearby » reviendra — l’idée est envisagée depuis ce printemps sérieusement. L’un des enjeux consiste à déterminer quelle sera la carte qui servira de socle pour positionner les articles.

Google Maps
Google Maps est évidemment un service très populaire et bien connu, mais son profil ne correspond pas tout à fait aux aspirations de Wikipédia. // Source : Ingo Joseph

« Avec la possibilité que les cartes open source s’améliorent avec le temps et les changements de tolérance à l’égard de Google Maps, nous avons pensé que c’était le bon moment pour envisager de rétablir cette fonctionnalité », indiquait l’équipe en mars. Trois noms sont considérés : l’inévitable Google Maps et deux variantes libres : Mapbox et MapLibre.

Chaque option a ses avantages et ses inconvénients : Maps est facile à intégrer et ne nécessite qu’un support minimal. Le problème, c’est qu’il n’est pas open source, ne marche pas sur des appareils sans les services Google et est payant. Mapbox a des « problèmes de licence et des coûts associés aux chargements de cartes ». Et pour MapLibre, c’est le poids des cartes et l’absence de quelques fonctionnalités qui posent des difficultés.

Les internautes utilisant l’application mobiles sur Android sont invités à donner leur point de vue, notamment dans l’usage qu’ils ont de Wikipédia sur mobile et leur avis sur les diverses options qui s’ouvrent à eux. Rien ne dit que ce projet ira à son terme, mais le chantier avance malgré tout, y compris au niveau technique, comme on peut le voir dans des pages de suivi de gestion.

Il reste toutefois encore du travail et un certain nombre d’obstacles à considérer : quelles seraient, par exemple, les implications juridiques en utilisant Google Maps, qui n’est pas libre ? Ensuite, comment permettre à celles et ceux ne voulant pas s’en servir de « sortir » de Maps ?

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !