La 16ᵉ banque du pays est tombée dans un contexte de crise de croisance dans la tech. L’inquiétude s’est emparée de nombreux employés qui attendent de voir ce qu’il adviendra de leur capital.

La crise dans le secteur de la tech a fait tomber la banque historique des startups. Une vague de retrait d’argent auprès de la Silicon Valley Bank a fait couler l’établissement qui ne parvenait plus à trouver de liquidité dans un mouvement de panique. L’a SVB a ainsi perdu 60 % à la Bourse de New York jeudi 9 mars 2023 et son titre a été suspendu vendredi avant le début de la séance. Peu de temps après avoir annoncé la vente de 21 milliards de dollars de titres – avec au passage une perte de 1,8 milliard de dollars – SVB a vu l’autorité de régulation bancaire de l’État de Californie décider de sa fermeture, et ainsi la priver de toute liberté et marge de manœuvre.

Peu connue du grand public, SVB s’était spécialisée dans le financement des startups et était devenue la 16e banque américaine par la taille des actifs : fin 2022, elle comptait 209 milliards de dollars d’actifs et environ 175,4 milliards de dépôts. L’affaire menace donc à court terme de nombreuses sociétés, notamment dans les régions de San Francisco et de Boston, où la banque était implantée.

La crise de croissance de nombreux géants de la tech a impacté tout un écosystème. // Source : Pixabay
La crise de croissance de nombreux géants de la tech a impacté tout un écosystème. // Source : Pixabay

Les employés de la tech inquiets

La SVB, passée sous contrôle de l’autorité de régulation, rouvrira lundi ; les dépôts sont garantis par la loi fédérale à hauteur de 250 000 dollars. Au-delà, tout dépend des sommes qui seront récupérées lors de la liquidation ou la vente de l’institution. Des sociétés s’inquiètent à l’instar de Roku, une start-up du streaming, qui a annoncé qu’elle avait déposé 487 millions de dollars, soit le quart de ses liquidités, dans SVB. D’autres sociétés ont déclaré aux médias américains n’avoir aucun moyen de payer les employés à ce moment.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a convoqué plusieurs régulateurs du secteur de la finance pour évoquer la situation. Elle a déclaré qu’elle avait « pleine confiance » dans leur capacité à prendre les mesures appropriées et estimées que le secteur bancaire restait « résilient », en espérant qu’elle ne fera pas face à un vent de panique


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !