La Nasa et SpaceX décalent le top départ de la mission Crew-3. Un report nécessaire pour achever la préparation de la capsule de transport.

La mission Crew-3 de SpaceX est entrée dans sa dernière ligne droite pour achever les préparatifs avant le vol. Mais contrairement à ce qui était prévu au départ, le décollage, bien que toujours prévu à la fin du mois, n’aura pas lieu le 30 octobre. L’agence spatiale américaine a fait savoir qu’un report d’une journée était nécessaire afin de laisser un peu plus de temps pour préparer la capsule.

La nouvelle mission habitée conduite par SpaceX aura donc lieu le dimanche 31 octobre à 8h21 du matin en France métropolitaine (il sera 2h21 du matin en Floride, au centre spatial Kennedy). Si besoin, l’entreprise américaine et la Nasa disposent d’une autre fenêtre de tir, le 3 novembre 2021, à 7h10 du matin (toujours heure de Paris). De tels reports ne sont pas rares pour les activités spatiales.

Celui-ci ne perturbe en tout cas pas le déroulement actuel du planning jusqu’au départ de la fusée Falcon 9, qui aura à son sommet la capsule Crew Dragon et l’équipage Crew-3. La preuve : les quatre astronautes (Raja Chari, Thomas Marshburn, Matthias Maurer et Kayla Barron) viennent d’entrer dans une phase de quarantaine, dans laquelle ils resteront jusqu’à la mise à feu.

SpaceX Crew-3 Thomas Marshburn
Thomas Marshburn, membre de Crew-3, à l’entrainement. // Source : SpaceX

Quarantaine renforcée pour l’équipage Crew-3

Cette procédure de mise à l’écart est normale et attendue et elle n’est pas du tout liée au coronavirus. Il s’agit surtout d’éviter que quelqu’un tombe malade ou attrape quoi que ce soit qui se répandrait ensuite parmi les occupants de la Station spatiale internationale — comme une grippe ou une gastro-entérite par exemple. Même s’il y a de quoi se soigner là-haut, autant éviter ce genre de contrariétés.

« Pour les équipages qui se préparent à partir, la stabilisation de la santé fait partie des préparatifs finaux de toutes les missions vers la station spatiale. Le fait de passer les deux dernières semaines avant le décollage en quarantaine permettra de s’assurer que l’équipage Crew-3 est en bonne santé, ce qui le protégera ainsi que les astronautes déjà présents dans la station spatiale », pointe la Nasa.

Dans la Station spatiale internationale, mieux vaut ne pas être malade. // Source : Flickr/CC/Nasa

Cela étant, coronavirus oblige, l’agence spatiale a été obligée de muscler un peu plus les procédures. Si les interactions sont limitées avec l’équipage, il est aussi prévu un dépistage, une prise de la température et un contrôle des symptômes de celles et ceux qui sont en contact avec les quatre astronautes. Par ailleurs, ces derniers devront se soumettre à deux tests de dépistage, par précaution.

L’équipage Crew-3 restera pour une longue période dans l’espace : six mois. Il croisera pendant quelques jours les membres de Crew-2, dont fait partie le Français Thomas Pesquet, qui est en train de vivre les derniers jours de son séjour spatial. Lui et ses trois collègues rentreront sur Terre au cours de la première quinzaine de novembre, avec un amerrissage prévu dans l’océan Atlantique.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo