La Nasa a passé en revue la mission de Boeing pour rallier l'ISS avec sa capsule Starliner, le 30 juillet. Tout est opérationnel pour le jour J.

C’est la dernière ligne droite pour Boeing. Dans pile une semaine, l’entreprise américaine fera décoller de Cap Canaveral, en Floride, une capsule CST-100 Starliner. Objectif : rallier la Station spatiale internationale et ainsi démontrer la capacité du géant de l’aéronautique à concevoir et opérer un vaisseau spatial qui, à terme, doit transporter des astronautes entre la Terre et l’ISS.

Feu vert pour le Starliner

À sept jours du départ, l’agence spatiale américaine (Nasa) et Boeing ont passé en revue tout le programme du jour J et vérifié l’état de préparation de l’entreprise, mais aussi de sa capsule. Il s’agit d’une opération de routine, que la Nasa mène avant ce genre de mission — par exemple avec SpaceX, en amont du décollage d’un équipage destiné à séjourner plusieurs jours dans la station.

La vérification s’est achevée le 22 juillet et tout est paré pour le décollage, qui s’effectuera avec une fusée Atlas V. Celle-ci est construite par l’United Launch Alliance, coentreprise entre Lockheed Martin et Boeing. Le lanceur propulsera la capsule suffisamment haut et vite pour la mettre en orbite, puis celle-ci effectuera une série d’orbites de façon à rejoindre la Station spatiale internationale.

CST-100 Starliner
Le CST-100 Starliner // Source : NASA/Cory Huston

« Après avoir examiné les données de l’équipe et l’état de préparation de toutes les parties, tout le monde a donné son accord pour le lancement », a lancé Kathy Lueders, directrice des vols spatiaux de la Nasa, citée par Spaceflightnow. « Au cours des 18 derniers mois, a ajouté Steve Stich, responsable des vols commerciaux, les équipes de Boeing et de la NASA ont travaillé côte à côte pour résoudre de nombreux problèmes, passer en revue les exigences et les clôturer, et nous sommes vraiment prêts à voler maintenant. C’est donc un moment passionnant. »

Ce n’est en effet pas le premier essai de Boeing. En décembre 2019, lors de la mission OFT-1, la capsule Starliner n’avait pas pu rejoindre l’ISS à cause de plusieurs défaillances ayant affecté sa trajectoire et sa vitesse. Malgré tout, l’engin, inhabité, avait pu rentrer sur Terre sans problème, démontrant au passage sa faculté à traiter une situation qui n’était pas au programme.

Le vol OFT-2 prévu le 30 juillet vise à tourner la page et à montrer la capacité complète de Boeing à rallier l’ISS, s’amarrer et procéder à une rentrée atmosphérique en sécurité quelques jours plus tard. L’atterrissage est prévu dans l’ouest des USA, dans une zone désertique. Toutes les données accumulées serviront ensuite en prévision d’un prochain test, habité cette fois.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo