Après un essai raté en décembre dernier, Virgin Galactic a réussi ce samedi 22 mai un test de vol habité très important. Sa navette VSS Unity est parvenue à atteindre l'espace à 89 km d'altitude avant de glisser doucement vers un spatioport au Nouveau Mexique.

Les équipes de Virgin Galactic peuvent faire retomber la pression. VSS Unity a réussi son test de vol habité en haute altitude ce samedi 22 mai. La navette spatiale réutilisable de Virgin Galactic, conçue pour pouvoir transporter jusqu’à 8 personnes, a été dans un premier temps transportée par le vaisseau VMS Eve. Dix minutes avait d’être relâchée par ce dernier, Unity a activé son circuit d’alimentation interne et procédé à plusieurs contrôles.

Lorsque le vaisseau mère a relâché Unity, les pilotes C.J. Sturckow et Dave Mackay ont allumé les moteurs de la fusée. Le communiqué de l’entreprise précise que « VSS Unity a atteint Mach 3 (ndlr : trois fois la vitesse du son soit, environ 3700 kilomètre par heure) »

La navette a glissé en douceur vers le spatioport

La navette a ensuite « atteint l’espace, à une altitude de 89 km, avant de glisser doucement vers une piste d’atterrissage à Spaceport America ». C’est à ce spatioport, situé à Las Cruces au nouveau Mexique, que le PDG de Virgin Galactic, Richard Branson suivait l’essai. Le milliardaire s’est dit « extrêmement réjoui » de cette réussite.

Le vol a permis à Virgin Galactic de remplir plusieurs objectifs notamment la collecte de données requises pour obtenir une licence d’opérateur spatial et le test des nouveaux stabilisateurs horizontaux de la navette.

VSS Unity
VSS Unity // Source : Virgin Galactic

Ce vol était particulièrement important pour le groupe. Lors du dernier essai de Virgin Galactic, en décembre, l’équipage avait en effet du faire face à des problèmes au niveau de l’ordinateur de bord. Tous avaient réussi à rentrer à bon port, mais l’essai de vol au-delà de 80 km d’altitude n’avait pu être finalisé.

Réussir ces essais de vols en haute altitude est crucial si Virgin Galactic veut tenir son objectif de transporter de premiers touristes spatiaux en 2022. Après l’essai réussi de samedi, le groupe doit en effet encore procéder à trois autres vols d’essai. Et pendant ce temps, Jeff Bezos est dans les starting blocks : sa société Blue Origin prévoit de réaliser un premier bond spatial touristique dès juillet 2021.

 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo