Boeing ne sait pas encore quand il pourra exactement retenter une mission inhabitée vers l'ISS. Le calendrier ne dépend pas que de lui.

Et de trois ! Avec la mission Crew-2 du 23 avril 2021, SpaceX a démontré pour la troisième fois sa capacité à acheminer des astronautes de la Terre jusqu’à la Station spatiale internationale. Le vol, dans lequel se trouvait Thomas Pesquet, fait suite aux missions Demo-2 (30 mai) et Crew-1 (16 novembre). Et Boeing, alors ? Il s’avère que l’entreprise américaine attend toujours d’effectuer son premier vol… inhabité.

Cette étape est indispensable pour avancer dans la qualification de Boeing, afin de lui permettre un jour de transporter à son tour des astronautes. En décembre 2019, un vol d’essai inhabité avait été organisé, avec une capsule Starliner devant s’arrimer à la Station spatiale internationale (ISS). Hélas, les choses ne s’étaient pas bien passées et l’engin n’a jamais pu atteindre l’altitude voulue ni boucler un rendez-vous avec l’ISS.

Boeing Starliner
La capsule Starliner, construite par Boeing. // Source : Boeing/John Proferes

Un nouvel essai repoussé plusieurs fois

Depuis, plus aucune tentative n’a eu lieu — Boeing devant procéder à de nombreuses corrections exigées par la Nasa pour éviter que les défaillances observées à la première tentative ne surviennent à nouveau. Quant à savoir à quel moment le prochain essai surviendra, il y a une incertitude sur le calendrier. Les précédentes échéances de mars et avril n’ont pas été tenues et les suivantes sont hypothétiques.

Dans un communiqué paru le 17 avril, Boeing a déclaré être prêt pour faire son essai (intitulé Boeing Orbital Flight Test 2) dès le mois de mai 2021. Cependant, l’entreprise n’a pas de chance : il se pourrait bien qu’il n’y ait aucune opportunité de tir avant août, voire septembre 2021. En effet, ce second test de vol inhabité dépend aussi de la disponibilité de la fusée de transport, et celle de l’ISS.

À supposer que Boeing puisse enfin procéder à sa tentative, et qu’elle se passe bien, il est prévu que la capsule Starliner reste accrochée à l’ISS pendant une semaine, puis rentre sur Terre, avec une arrivée en douceur — elle a aussi vocation à ramener des équipages sur Terre. Si les choses se passent bien, Boeing pourra alors passer à l’étape d’après : effectuer un vol similaire, mais avec un équipage d’essai.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo