La promotion de TousAntiCovid approche les 5 millions d'euros, selon le gouvernement. L'efficacité sanitaire de l'application reste débattue.

2,793 millions d’euros pour les mois de mai à septembre 2020, et 1,983 million d’euros depuis le mois d’octobre. Voilà donc les dépenses auxquelles le gouvernement a consenti pour la promotion de TousAntiCovid, son application de traçage des contacts par voie électronique. Ce montant a été communiqué le 6 avril par le ministère de la transition numérique et des communications électroniques.

Ces sommes représentent un total de 4,776 millions d’euros. Le ministère, répondant à une question écrite du député Bertrand Sorre, a précisé que cette charge est répartie entre le service de communication du ministère de l’économie, des finances, auquel il dépend, et le service d’information du gouvernement. Ce montant devrait continuer à croître, compte tenu de la persistance de l’épidémie de coronavirus.

Ces montants étaient partiellement connus. L’association Anticor, qui se consacre à la lutte contre la corruption, mentionne le premier dans un communiqué de 22 mars. Anticor a saisi la Cour de justice de la République pour favoritisme dans l’attribution des contrats relatifs à l’application StopCovid. Elle dénonce l’absence d’appel d’offres, y compris pour la communication.

« Le gouvernement est tenu de procéder à un appel d’offres à partir de 139 000 euros HT pour les marchés de fournitures et de services, selon les règles de la commande publique. Chacun des postes de dépenses, qu’il s’agisse de la communication ou de l’exploitation de l’application, aurait dû faire l’objet d’un appel d’offres ou d’une procédure de mise en concurrence au regard de leurs montants », écrit ainsi Anticor.

Une « intensification » dans la campagne

Le ministère ne revient pas sur cette plainte, mais justifie ce montant par la « multiplication des efforts de sensibilisation » pour que les Françaises et les Français installent et se servent de TousAntiCovid, pour se signaler dans l’application si jamais ils attrapent le Covid-19, afin de prévenir les personnes croisées au quotidien, qui ont été à proximité au moins quelques minutes.

Cette sensibilisation a moyennement porté ses fruits, du moins au début. L’ancienne version de TousAntiCovid, qui s’appelait alors StopCovid, avait péniblement atteint la barre des 2,5 millions de téléchargements en presque cinq mois d’activité. La nouvelle mouture s’en tire mieux : elle revendique 14,5 millions d’enregistrements (un nombre qui inclut celui de StopCovid).

TousAntiCovid revendique plus de 14 millions de téléchargements. Mais quelle est son usage réel ? Et quelle est son véritable impact dans la lutte contre l’épidémie ? // Source : Arnaud Gelineau et Claire Braikeh pour Numerama

Dans sa réponse, le ministère ajoute qu’il y a eu une « intensification » dans la campagne de communication depuis le mois d’octobre. C’est à cette date qu’a été lancé TousAntiCovid, avec entre autres des spots passant à la radio. Selon le gouvernement, cette campagne se déploie aussi à la télévision, sur le net et par une campagne d’affichage, en mêlant des achats d’espaces publicitaires et la réquisition d’espaces gratuits.

Aucun détail n’est donné. Les montants en jeu dépendent des créneaux de diffusion. À titre indicatif, une publicité de 30 secondes à une heure de grande écoute sur une chaîne nationale (par exemple en prime time sur TF1 pour l’émission Mark Singer) est facturée 105 000 euros. Cet ordre de grandeur sert d’illustration, car il s’agit d’un montant pour une réclame commerciale, pas pour un message d’utilité publique.

Vu le caractère national de la campagne, la variété des supports, sa durée (près de onze mois), mais aussi le but poursuivi (une sensibilisation à des fins sanitaires en raison d’une pandémie), les montants en jeu sont-ils si importants ? Si l’on fait une moyenne sur onze mois, cela constitue une dépense d’environ 450 000 euros. Et par jour, le coût se situe aux alentours d’un peu plus de 15 000 euros.

Un bilan sur son efficacité sanitaire en attente

Reste toutefois une question : quelle est l’efficacité sanitaire réelle de TousAntiCovid ? Il est dit dans l’application que plus de 155 000 personnes ont été notifiées et que plus de 252 000 s’y sont déclarées positives au coronavirus. Mais l’envoi d’une notification ne dit rien sur ce qui se passe après. Peut-être a-t-elle été utile, mais son poids réel dans le suivi des cas contacts et la prévention demeure incertain.

Le bilan de TousAntiCovid devra être fait, reste à savoir quand. En mai 2020, un décret dédié à StopCovid imposait à l’autorité responsable du traitement de produire un rapport sur l’application au plus tard le 30 janvier 2021. Mais un autre décret est venu lever cette date butoir. De toute évidence, il faudra attendre la fin de la pandémie pour savoir quel rôle a vraiment joué TousAntiCovid.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo