Depuis le 18e siècle, les astronomes ont fait la chasse aux planètes, puis aux exoplanètes. Un GIF résume en quelques secondes, à l'aide d'un graphique bien pensé, l'histoire de cette quête scientifique qui a connu un bond ces dernières années.

4 306 : c’est le nombre d’exoplanètes identifiées à ce jour (23 novembre 2020). Et plus de 5 000 autres candidates restent encore à confirmer, rien que du côté de la Nasa. Depuis 1989, avec la découverte du premier objet de masse planétaire situé en dehors du système solaire, le catalogue s’est bien enrichi. La recherche de planètes, y compris celles situées dans notre propre système solaire, occupe les astronomes depuis le 18e siècle.

Un GIF publié le 23 novembre 2020 sur Twitter par l’astronome Hugh Osborn, du Massachusetts Institute of Technology, résume bien ce pan de l’histoire de l’astronomie et les progrès réalisés en trois siècles pour découvrir de nouvelles planètes, puis des exoplanètes. Le scientifique précise avoir mis à jour cette animation, initialement publiée en juillet 2018, pour qu’elle corresponde bien à la connaissance que nous avons des planètes et exoplanètes aujourd’hui. Toutes les données utilisées sont issues de la Nasa.

Trois siècles de recherches de planètes puis d’exoplanètes. // Source : Hugh Osborn

Saurez-vous repérer celle qui apparait puis disparait ?

Entre 1700 et 1995, l’animation est quelque peu monotone, comme le décrit bien Johan Mazoyer, chargé de recherche au CNRS et membre de l’Observatoire de Paris. L’astronome attire cependant l’attention sur l’un des points du graphique, qui apparaît en bas à droite en 1930… avant de disparaitre en 2006. Mais où a bien pu passer cet objet céleste ? Où s’est-il donc volatilisé ?

Pas de panique, il n’a pas disparu du ciel : il s’agit de Pluton ! L’astre a été identifié par l’astronome américain Clyde Tombaugh en 1930. Pluton était alors considéré comme la neuvième planète du système solaire. Des décennies plus tard, en 2006, l’Union astronomique internationale a redéfini la notion de planète, classant dès lors Pluton comme planète naine. C’est pourquoi on peut la voir disparaître du graphique à ce moment-là.

Hugh Osborn précise qu’il n’a pas choisi de faire de même pour les exoplanètes dont l’existence a finalement été réfutée après leur découverte. Toutes les exoplanètes représentées ici sont donc celles dont l’existence est à ce jour confirmée.

Si la découverte de nouvelles exoplanètes vous passionne, sachez enfin que vous pouvez apporter votre contribution dans cette quête scientifique : vous pouvez aider la Nasa à rechercher des exoplanètes depuis votre fauteuil.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo